Flagrants délits: l’état de santé du policier enfonce Ama Baldé



La salle 6 du Palais de Justice de Dakar s’est avérée trop étroite pour contenir le monde de la lutte, supporters et inconditionnels d’Ama Baldé qui se sont déplacés en masse pour soutenir leur champion qui faisait face au juge, ce vendredi 3 juillet. Le chef de file de l’écurie Falaye Baldé est poursuivi pour violence et voies de fait sur agent dans l’exercice de ses fonctions. La Chambre d’appel a d’abord clos ses débats avant que les prévenus inscrits dans la seconde composition, défilent dans ladite salle. Tout de blanc vêtu, Ama Baldé est dans le 5ème groupe. Son dossier est le numéro quatorze (14). A 12 heures passées, la salle est archi-comble. Dehors, des personnes sont même renvoyées pour veiller à la sérénité des débats. A l’instar de son frère, Jules Baldé est en blanc. A ses côtés, Manda 2, Baboye. En bleu, le Président des lutteurs en activité, Khadim Gadiaga est un peu plus loin.

 
Le promoteur, Pape Abdou Fall en tenue plus sombre, est debout au fond de la salle. A signaler aussi la présence du lutteur An 2000 et Boy Niang,…. L’audience ouverte à 12h38, le pensionnaire de la chambre 13 de la Maison d’Arrêt et de Correction (MAC) de Rebeuss est appelé à la barre à 12h49. Le public retient son souffle, le pool d’avocats d’Ama Baldé composé entre autres de Me Bamba Cissé, El Hadji Diouf, Souleymane Ndéné Ndiaye, Ndeye Fatou Touré,…entoure le lutteur qui est aux côté de sa victime, le policier Barka Ngom défendu pour sa part, par Me Barro.

 
Avocat de la partie civile qui demande le renvoi «pour préparer son dossier». Ce, d’autant plus, qu’indique Me Barro, «son client est souffrant, il a mal à l’épaule. Il ne peut pas s’exprimer».  «Nous sommes en flagrants délits. L’affaire en l’état doit être retenue. Il n’y a pas de défense à préparer puisqu’Ama a reconnu les faits », soutiennent de concert Mes El Hadji Diouf et Souleymane Ndéné Ndiaye. « J’ai le droit de préparer mon dossier », campe Me Barro. Le juge interpelle le Procureur qui scande : « Renvoi ».


C’est ainsi que le renvoi sera prononcé à 12h55. Une décision qui fait grincer des dents dans le public acquis à la cause du champion de Pikine. Mais la défense est déjà passée à autre chose en formulant la demande de liberté provisoire. Selon ladite partie, leur client présente toutes les garanties pour bénéficier de la liberté provisoire. «Il prépare son combat. Il reconnait les faits », avance ladite partie de préciser que le lutteur n’attend qu’une occasion « pour vous dire combien il regrette son geste » et «présenter ses excuses au Peuple, au juge et à la police ».


« C’est un malheureux accident et Ama Baldé viendra à la barre pour présenter ses excuses ». « Ama ne prendra pas la fuite. Fils de Falaye Baldé, il est régulièrement domicilié à Pikine. Il réside chez sa mère », marque l’un des avocats du pool de défense. Le parquet s'en référant sur la question, à leur décision, les juges se concernent, à 13h03. Ne parvenant pas à s’accorder, l’audience sera suspendue à 13h08. Mais la sentence ne tardera pas à tomber. La demande est rejetée.


Renvoyé, le chef de file de l’écurie fera face au juge, ce mardi. Ama Baldé est ainsi reconduit au niveau du box des prévenus. Il faut dire que le nouveau pensionnaire de Rebeuss, affiche une bonne mine. Le teint clair, il arbore même le sourire en échangeant avec ses avocats. Mais du côté de l'Etat, il est question de donner l'exemple et de ne pas laisser ses agents à la merci des coups. 

Affaire à suivre. 


Vendredi 3 Juillet 2015 - 18:22



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter