Fraude sur les véhicules de l’Etat : Une véritable mafia - des têtes tombent

L’affaire de fraude des véhicules commandés par l’Etat continue d’agiter la place publique et les sphères du pouvoir. Cette affaire a même emporté le responsable du bureau des homologations, Bounama Seck qui a été relevé de ses fonctions hier.



Fraude sur les véhicules de l’Etat : Une véritable mafia - des têtes tombent
Le limogeage, hier, du responsable du bureau des homologations, Bounama Seck, suite à l’affaire sur des soupçons de fraude sur les véhicules de l’Etat, a suscité un certain nombre de questionnement. En effet comment se fait-il que Bounama Seck soit renvoyé, alors qu’il n’avait pas de pouvoir de décision ? Et pourquoi celui qui avait ce pouvoir n’est, pour le moment, pas inquiété ? Voici quelques faits qui traduisent la complexité du dossier.

Le vendredi 28 août 2015, le ministre des Transports, Mansour Elimane Kane a été saisi par le ministre de l’Education nationale, Serigne Mbaye Thiam par lettre confidentielle numéro Men/Sg/mf. confi non datée pour la demande de certification de spécifications techniques en référence à la réception à la réponse du directeur des Transports et celle de Felix Diouf. Eu égard aux informations inscrites sur le PV de la notice descriptive du dossier n° 001156, un moteur de six cylindres d’alésage de 89.9mm, course de 84 mm correspond au  à une cylindrée 3199, 20 cm3 au lieu de 2876 cm3 indiquée dans la lettre réponse du chef de la Division régionale des transports, nous rapporte Libération.

Ces cas ne sont qu’une infime partie des anomalies et bizarreries qui touchent ce secteur et éclaboussent certains hauts fonctionnaires. L’affaire ne tardera sans doute à entrainer dans son sillage de grosses pontes de l’administration.

Ousmane Demba Kane

Mercredi 9 Septembre 2015 - 08:29



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter