Génocide rwandais: la France examine la demande de coopération judiciaire de Kigali

Paris accuse réception de la demande de coopération judiciaire que lui a adressé Kigali dans le cadre de l'enquête ouverte mardi au Rwanda sur le rôle d'une vingtaine de responsables français durant le génocide de 1994. Cela fait des années que le Rwanda accuse la France d'avoir participé aux massacres qui, à partir d'avril 1994, ont fait environ 800 000 morts, essentiellement parmi la minorité tutsie. Cette fois, le parquet demande à la France de lui permettre d'entendre les personnalités qu'elle soupçonne d'en être responsables, pour l'essentiel des hauts gradés de l'armée française qui a toujours nié une quelconque responsabilité.



Le Quai d’Orsay le confirme, la demande rwandaise a bien été transmise au ministère français de la Justice pour examen, mais il estime que cela n’appelle aucun commentaire de sa part. Paris assure seulement que la France est « engagée sans réserve dans la poursuite des personnes ayant participé au génocide ». Et en veut pour preuve que plusieurs responsables ont déjà été condamnés sur son sol, mais parmi eux aucun responsable français, souligne de son côté maître Alexandre Varaut, avocat du colonel Hogard, l’un des trois commandants de la force Turquoise pendant le génocide.
 
« Le seul but c’est de créer une agitation politico-médiatique, de faire croire que les responsabilités sont dans le camp des Français, alors que rien n’a été établi de tel depuis si longtemps. S’il y avait des coupables, on le saurait depuis longtemps, assure maître Alexandre Varaut. Donc nous n’avons aucune espèce d’inquiétude. Ils peuvent ouvrir toutes les enquêtes qu’ils veulent au Rwanda, il ne se passera rien de plus. Tout ça est totalement ridicule. Ça n’inquiète évidemment pas les intéressés, même si ça les afflige ».
 
Du côté du ministère français de la Défense, on renvoie à une déclaration du ministre Le Drian datée du 16 novembre dernier. Il avait alors répété ce qui a toujours été la position officielle de Paris : « Affirmer que l’armée française a pris part au génocide est un mensonge indigne ».

Rfi.fr

Jeudi 1 Décembre 2016 - 12:45



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter