Gros rebondissement dans le procès de Karim: la CREI autorise Bibo Bourgi à aller se soigner

C'est ce qu'on appelle un véritable coup de théâtre. Au coeur du procès de Wade-fils ouvert le 31 juillet dernier pour enrichissement illicite, la demande des avocats du témoin-clé du procès, a toujours été refusée. Mais la décision est tombée hier, la Cour de Répression de l'Enrichissement Illicite (CREI) autorise Bibo Bourgi à aller se soigner en France. Le président Henry Grégoire Diop et Cie lui donnent trente (30) jours. C'est ainsi que le présumé complice de Karim, a été évacué depuis hier en France. En garanti, la CREI a mis la main sur tous ses biens. La famille de Bibo est ailleurs, interdite de sortie du territoire national. Une évolution qui n'empêchera pas la poursuite du procès du siècle ce 13 octobre.



La dernière demande sur la question des avocats de Bibo Bourgi date de la dernière audience de jeudi dernier, du procès du siècle. La Cour demande à Me Baboucar Cissé et Cie, si leur client veut être entendu à la barre. Indiquant que non, les conseils qui agitent l’état de santé préoccupant de Bibo, ne ratent pas l’occasion de déposer une énième requête de renvoi du procès. Ce, pour permettre à ce dernier d’aller se soigner en France. La sentence ne tarde pas. Le président Henry Grégoire Diop oppose une fin de non recevoir. Pourtant, la CREI a fini par consentir à « libérer » Bibo Bourgi qui a finalement obtenu son visa pour la France. La décision est tombée hier mardi. La correspondance de ce médecin qui dit que s’il n’est pas soigné dans (10) jours, il risque la mort, a reçu l’aval de la CREI qui accorde trente (30) jours au témoin-clé du procès de Karim.


Autre décision de la Cour, le procès ne sera pas renvoyé tel que le souhaitait les conseils de Wade-fils. L’audience qui a été suspendue jeudi dernier, ce jusqu’au 13 octobre dernier, va en effet, se poursuivre avec l’audition des autres prévenus dans le cadre de la traque des biens dits mal acquis. Toutefois, la famille de Bibo Bourgi, elle, est interdite de sortie du territoire national, au moment où la CREI a mis la main sur les biens de Bibo Bourgi. Ses avocats ont dû par ailleurs s’engager pour son retour dès la fin des trente (30) jours. Dans tous les cas, c’était une des principales requêtes du fils du président sortant Wade qui à toutes les questions de la CREI, n’avait pas manqué de servir : « Je ne répondrai à aucune question tant que Bibo Bourgi ne se fera pas soigner ». 


Mercredi 1 Octobre 2014 - 09:26



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter