Haïti: le président Martelly remplace des maires par ceux de son choix

Les Nations unies se disent préoccupées et les donateurs internationaux sont inquiets : cela fait plus de deux ans que des élections sénatoriales partielles et municipales auraient dû se tenir. Or, pour l’instant, aucun scrutin n’a encore été annoncé. Face à cette situation, le gouvernement de Michel Martelly a pris l’année dernière une décision controversée : la majorité des maires en fin de mandat ont été remplacés par des personnes nommées directement par l’équipe présidentielle haïtienne. Dans les communes concernées, ces «agents exécutifs intérimaires» - c'est leur nom - remplissent le rôle des maires sans mandat du peuple au grand dam des anciens élus évincés. Reportage à Pétionville, une localité limitrophe de Port-au-Prince, fief du président haïtien.



Calire Lydie Parent, ancienne maire de Pétionville, le 22 septembre 2012. capture d'écran Youtube
Calire Lydie Parent, ancienne maire de Pétionville, le 22 septembre 2012. capture d'écran Youtube

A Pétionville, tout le monde connaît Claire Lydie Parent. Pendant de longues années, cette ancienne militante contre la dictature des Duvaliers, y a été maire : de 1991 jusqu’en 2000 et de 2007 au 8 novembre 2012, date à laquelle elle a été révoquée par le gouvernement haïtien. « D’après la dernière loi, ce sont les élus qui doivent remplacer les élus. Mais comme M. Martelly voit qu’il ne peut pas se servir de moi pour faire son affaire personnelle, sa politique à lui, il ne me veut plus à la tête de la mairie, raconte Claire Lydie Parent. Donc il m’a fait remplacer en violant la loi. »
 

L’agent exécutif intérimaire qui remplace depuis l’ancienne élue à la mairie de Pétionville s’appelle Yvanca Jolicoeur Brutus et c'est une proche du président haïtien. Elle n’était pas candidate à ce poste et c’est Michel Martelly, en personne, qui lui a suggéré l’idée. Pour Yvanca Jolicoeur Brutus, la question de savoir si sa nomination viole la Constitution ou les lois haïtiennes n’est que secondaire. « Honnêtement, je ne me suis pas attardée à cela parce que quand j’ai accepté cette mission, j’ai pris mon rôle très sérieusement, explique-t-elle. Je me considère comme maire parce que je dois respecter tous les consignes qu’un maire suit. Donc pour moi ce n’est qu’un titre. »
 

L’ancienne maire et l’actuelle agent exécutif intérimaire de Pétionville disent réfléchir encore à se présenter ou non quand les prochaines élections municipales seront convoquées.

Source : Rfi.fr
 


Dépêche

Jeudi 28 Novembre 2013 - 14:44



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter