Il y a un déficit d’analyse des impacts des politiques agricoles en Afrique de l’ouest et du centre (CORAF)



Il y a un déficit d’analyse des impacts des politiques agricoles en Afrique de l’ouest et du centre (CORAF)
Manque d’éléments, absence d’analyse, tels sont entre autre les facteurs qui empêchent la gestionnaire du programme pour les politiques marchés et commerces, Mbène Dièye Faye, de se prononcer sur les impacts des politiques agricoles appliquées en Afrique de l’ouest et du centre.
En effet selon le communiqué mis à notre disposition, les capacités des systèmes nationaux de recherches agricoles (SNRA) en termes de recherche sur les politiques permettant de réaliser ces résultats n’existent pas ou bien si elles existent, elles sont à des niveaux très hétérogènes.
Selon le chargé de communication du Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles (CORAF/WECARD), Dr Anatole Koné, à travers son programme politique, marchés et commerce, le CORAF veut fournir des informations aux décideurs politiques à leur demande ou non sur la manière d’améliorer la politique et de créer un environnement favorable pour des niveaux élevés de la croissance économique soutenue du secteur.

En effet, de l'avis du chargé de communication, une étude récente a montré que les compétences en matière d’analyse des politiques agricoles ou bien de l’usage des résultats de recherche dans ce domaine sont limités en Afrique de l’ouest et du centre. C’est la raison pour laquelle, le CORAF/WECARD organise cette formation pour renforcer les capacités des chercheurs des SNRA de l’Afrique de l’ouest et du centre dans l’utilisation des méthodes d’analyse des politiques agricoles dans le cadre de l’analyse des impacts des politiques mises en œuvre ou en cours d’élaboration.

La recherche sur les politiques répond à la demande de la politique et des décideurs politiques pour des informations sur la manière d’améliorer la politique et de créer un environnement favorable pour des niveaux élevés de la croissance économique soutenue du secteur. Selon le communiqué, l’organisation de l’atelier a pour but de doter les chercheurs d’outils d’analyse leur permettant de proposer aux décideurs des options basées sur des analyses approfondies des politiques agricoles.
Au terme de la formation, les chercheurs devront être capables d’utiliser au moins une méthode d’analyse des politiques agricoles en vue de répondre aux besoins en informations sur les impacts potentiels ou réels des politiques.

L’atelier a rassemblé une trentaine de chercheurs des pays de l’Afrique de l’ouest et du centre, un représentant par SNRA.

Marième FAYE

Lundi 21 Mars 2011 - 12:12



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter