Irak: les milices Sahoua appelées à la rescousse pour tenter d'endiguer la violence

Plus les mois passent et plus les morts s’accumulent en Irak. 2013 est l'année la plus meurtrière depuis 2008 : plus de 3 600 personnes ont perdu la vie en un peu moins de huit mois. Dimanche 25 août, 48 personnes sont mortes lors de différentes attaques. Selon des analystes et des diplomates, cette montée des violences trouve son origine dans le ressentiment de la minorité sunnite qui se sent discriminée par le gouvernement dominé par la communauté chiite. Pour tenter de la freiner, le gouvernement a décidé de faire appel aux milices sunnites. Un véritable revirement stratégique.



Des membres des brigades sunnites du Sahoua lors d'une opération en 2009. (Photo : Reuters)
Des membres des brigades sunnites du Sahoua lors d'une opération en 2009. (Photo : Reuters)
Les Sahoua, ces milices composées d'anciens insurgés formés en 2006 par des chefs tribaux dans les régions sunnites, sont de retour. C'est le message qu'ont souhaité faire passer les autorités irakiennes hier, dimanche. Le gouvernement souhaite à nouveau recourir à ces milices pour tenter d'endiguer la flambée de violences confessionnelles que connaît actuellement l'Irak.
Financées à l'époque par les Etats-Unis afin de lutter contre al-Qaïda, elles avaient permis de mettre entre parenthèses le conflit entre sunnites et chiites. Ecartées ensuite par les autorités qui n'avaient pas respecté leur promesse de les intégrer dans les forces de sécurité conventionnelles, elles sont désormais appelées à la rescousse pour tenter de sortir l'Irak de cette spirale meurtrière.
10 000 miliciens dans les villes du Nord
Rien que pour le mois de juillet, plus de 1 000 Irakiens ont perdu la vie. Ces milices seront entraînées, bien organisés et jeunes, a précisé le Premier ministre chiite, Nouri al-Maliki. A terme, 10 000 miliciens seront stationnés dans les grandes villes du nord du pays, ainsi qu'autour de Bagdad, bien que pour l'instant on en dénombre environ 2 000.
Cette décision marque une véritable rupture dans la politique menée par les autorités qui jusqu'à présent comptaient sur l'armée régulière pour freiner cette flambée de violence.
Les Sahoua, ce qui signifie « l'éveil » en arabe, semblent la dernière solution qui s'offre au gouvernement pour que le pays retrouve une certaine stabilité tant politique que sociale.

Sources : Rfi.fr

 

Dépéche

Lundi 26 Août 2013 - 15:59



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter