Iran: Les Iraniens appelés aux urnes pour désigner le successeur d'Ahmadinejad

Les Iraniens votent ce vendredi afin de désigner le successeur de Mahmoud Ahmadinejad à la tête de la République islamique. Les réformateurs, mobilisés autour d'un unique candidat, aspirent à remporter le scrutin face à des conservateurs divisés.



Iran: Les Iraniens appelés aux urnes pour désigner le successeur d'Ahmadinejad
Quelque 50 millions d'électeurs sont appelés aux urnes ce vendredi 14 juin, dont 1,6 million voteront pour la première fois, pour désigner le successeur du président Mahmoud Ahmadinejad à la tête de la République islamique, après deux mandats de quatre ans. Les bureaux de vote ont ouvert leur porte à 03h30 (GMT)

L’appel à voter du guide suprême

Le guide suprême iranien Ali Khamenei a appelé vendredi les Iraniens à participer massivement à l'élection présidentielle "pour l'avenir du pays". "Que le peuple participe car il s'agit de l'avenir du pays", a-t-il déclaré après avoir mis son bulletin dans l'urne peu après l'ouverture du scrutin. "Je conseille à tout le monde de voter et le faire dès les premières heures de la matinée", a précisé le numéro un iranien.

Les États-Unis ont minimisé la portée du scrutin, estimant que les électeurs avaient un "choix restreint" entre les six candidats encore en lice, tous choisis par le Conseil des gardiens de la constitution, une instance contrôlée par les ultra-conservateurs.

"Allez au diable si vous n'acceptez pas le scrutin, le peuple iranien n'attend pas de savoir ce que vous acceptez ou ce que nous n'acceptez pas", a répondu l'ayatollah Khamenei.

Trois favoris

Parmi les cinq candidats conservateurs que compte l'élection, tous ont exprimé leur allégeance au "guide

 
 

suprême" de la Révolution islamique, Ali Khamenei. Parmi eux, trois possèdent des chances de l'emporter ou d'accéder 
au second tour.

Sur les trois favoris, seul Saïd Jalili, actuel négociateur en chef sur la question nucléaire et candidat le plus en vue, souhaite que Téhéran conserve une attitude intransigeante malgré la multiplication des sanctions voulues par les Occidentaux. Ils estiment que le gouvernement iranien cherche à se doter de l'arme nucléaire, une accusation qu'il dément.

Les deux autres prétendants, Mohammad Baqer Qalibaf, maire de Téhéran, et Ali Akbar Velayati, ancien ministre des Affaires étrangères, ont eux promis de poursuivre le programme nucléaire tout en critiquant Jalili pour son intransigeance dans la négociation.

Cette dispersion dans le camp conservateur pourrait favoriser les ambitions du religieux Hassan Rohani, seul modéré en lice.


Dépeches

Vendredi 14 Juin 2013 - 12:08



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter