Jets de pierres sur le cortège présidentiel : "Parler de Cour d’assises me semble ridicule", Seydi Gassama



Jets de pierres sur le cortège présidentiel : "Parler de Cour d’assises me semble ridicule", Seydi Gassama
Les organisations de défense de Droit de l’homme se prononcent sur les événements survenus ce vendredi à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar où, en visite, le Chef de l’Etat a essuyé des jets de pierres. Des droits de l’hommiste accusés d’avoir gardé le silence par le ministre de la Jeunesse. Mame Mbaye Niang ne comprend pas leur attitude. «Il ne s’agit pas de se précipiter pour condamner à chaque fois sans analyser les faits. Nous ne voudrions pas que nos condamnations soient utilisées comme carte blanche pour que la sanction la plus dure s’abatte sur les étudiants », campe le Directeur exécutif d’Amnesty international, Seydi Gassama. «Je pense que ceux qui ont consulté nos pages facebook aussi bien la mienne que celle de Gassama, nous avons condamné ce qui s’est passé et nous avons dit qu’on ne peut pas accepter la violence dans un Etat de Droit d’où qu’elle vienne », marque pour sa part, le président de la Ligue Sénégalaise des Droits de l’Homme (LSDH).

 
«J’ai lu dans la presse qu’on parle de Cour d’assises. Cela me semble ridicule, il n’y a pas eu de mort d’hommes, de blessés graves. Je ne vois pas pourquoi on parlerait d’assises », renchérit Seydi Gassama. Selon Assane Dioma Ndiaye sur la Rfm: «Il ne faut pas accoutumer la jeunesse à l’emprisonnement. Et de plus en plus on constate que desjeunes sont envoyés en prison pendant des périodes extrêmement longues;  d’un point de vue psychologique, pédagogique, ce n’est pas bien pour notre pays ».

 
Les étudiants arrêtés sont toujours en garde-à-vue au commissariat central de Dakar. L’enquête se poursuit pour mettre la main sur les autres personnes impliquées dans les incidents à l’UCAD où deux (2) voleurs ont été aussi interpellés le même jour. 


Lundi 3 Août 2015 - 12:37



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter