Koweit: générosité attendue à la conférence des donateurs pour la Syrie

C’est ce mercredi 15 janvier que se déroule la deuxième conférence internationale des donateurs pour la Syrie. La première conférence, en janvier 2013, avait permis de lever 1,6 milliard. Il s'agit de récolter un maximum de fonds pour soulager les populations civiles dont la moitié a besoin d'une aide urgente selon le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon. Le Koweït a d'ores et déjà annoncé donner 500 millions de dollars d'aide humanitaire et les Etats-Unis vont augmenter de 380 l'enveloppe de leur aide pour la porter à 1,7 milliards de dollars.



Le secrétaire d'Etat américain John Kerry, arrivant à l'aéroport de Koweït, le 14 janvier 2014. Reuters/Pablo Martinez Monsivais
Le secrétaire d'Etat américain John Kerry, arrivant à l'aéroport de Koweït, le 14 janvier 2014. Reuters/Pablo Martinez Monsivais
Jens Laerke
La crise en Syrie est une catastrophe humanitaire. Nous estimons que plus de neuf millions de Syriens ont besoin d'une aide humanitaire.


Un milliard 600 000 millions de dollars l’an dernier en une journée  : c’était une première dans l’histoire de l'aide humanitaire. Mais cette année, l’ONU vise beaucoup plus gros avec un objectif de 6,5 milliards de dollars. C’est le plus grand appel à l’aide qu’elle ait jamais lancé.
 

La situation humanitaire de la Syrie s’est en effet largement aggravée. Plus de 100.000 personnes ont été tuées. Le nombre de réfugiés dans les pays voisins a quadruplé à 2,2 millions de personnes, dont la moitié sont des enfants. Cinq mille Syriens les rejoignent chaque jour, menaçant la stabilité des pays d’accueil. C’est la crise de réfugiés la plus exponentielle depuis 20 ans.

 

Nombreux défis
 

Les pays du Golfe notamment sont très attendus. L’an dernier, ils avaient porté l’essentiel de l’effort financier. Déjà, les ONG koweïtiennes ont promis de lever 400 millions de dollars pour construire des camps de réfugiés.

L’accès aux populations à l’intérieur du pays est l'un des principaux défis auxquelles les ONG doivent faire face, tout comme le versement effectif des sommes promises. D’après les Nations unies, 70% seulement des engagements de l’an dernier sont véritablement arrivés dans les caisses.

Source : Rfi.fr
 

17_syrie_donateurs_son_jens_laerke_ocha.mp3 17_SYRIE_donateurs_SON_Jens_Laerke_OCHA.mp3  (449.99 Ko)




Mercredi 15 Janvier 2014 - 10:37



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter