L'Amérique latine se mobilise autour du cas Julian Assange

Le journaliste australien de 41 ans est toujours réfugié dans les locaux de l’ambassade équatorienne à Londres. Accusant le Royaume-Uni de ne pas avoir renoncé à pénétrer dans ses locaux diplomatiques, Quito a demandé le soutien de la région. En commençant samedi par ses alliés de l’ALBA, l’Alliance bolivarienne pour les peuples d’Amérique latine.



L'Amérique latine se mobilise autour du cas Julian Assange
C’était une réunion de ministres des Affaires étrangères, mais le président Rafael Correa a tout de même fait le déplacement. Il a demandé et obtenu le soutien des pays de l’ALBA.
Ce n’est pas une surprise, l’axe bolivarien est toujours en pointe lorsqu’il s’agit de dénoncer les méfaits réels ou supposés de « l’Empire » et de l’Occident en général.

Dans ce cadre, de nombreux experts dont beaucoup d’Anglais estiment que la communication du gouvernement britannique a été particulièrement maladroite. Même si le ministre anglais des Affaires étrangères a essayé de calmer le jeu, de dire qu’il n’a jamais été question de pénétrer dans les locaux de l’ambassade équatorienne pour arrêter Assange, évoquer une loi anglaise qui permet de retirer le statut diplomatique d’un immeuble était une menace à peine voilée.

Dans un pays au gouvernement très sourcilleux sur les questions de souveraineté, le geste a été très mal reçu. Le président Correa a dénoncé des menaces « grossières et intolérables ».
Tous les ministres présents ont indiqué qu’une éventuelle intrusion de la police anglaise dans les locaux de l’ambassade équatorienne à Londres aurait de graves conséquences pour l’Angleterre et pas seulement de la part de l’Equateur.

Ce soutien à Quito devrait se répéter ce dimanche lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères du Mercosur. La belle image laissée par les Jeux Olympiques londoniens est d’ores et déjà en miettes.

RFI



Dimanche 19 Août 2012 - 13:45



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter