L'Argentine enthousiaste après la nomination du pape François

Le nouveau souverain pontife pour l'Eglise et la communauté chrétienne du monde entier est Argentin. Agé de 76 ans, François est le premier pape de l'hémisphère sud, le premier sud-américain et le premier jésuite. En Argentine, pays à grande majorité catholique, sa nomination provoque des réactions enthousiastes et une ferveur particulière notamment à Buenos Aires dont Jorge Mario Bergoglio était jusqu'ici l'archevêque.



L'Argentine enthousiaste après la nomination du pape François
Jorge Mario Bergoglio n’était pas ou plus parmi les favoris. Son nom avait été cité, entre autres candidats, lors de l’élection des deux derniers papes, et il aurait même été le plus voté derrière Joseph Ratzinger. Mais, précisément pour cela, et compte tenu de son âge, on pensait que son heure était passée.

C’était sans doute sous-estimer le poids de Bergoglio, un homme très peu médiatique, peu charismatique, qui n’a jamais fait carrière, mais dont l’influence était grande au sein de l’Eglise argentine bien sûr, mais aussi latino-américaine. Apparemment, ce jésuite éloigné de la curie romaine était plus apprécié de ses pairs qu’on ne le pensait.

Alors, en Argentine, la première réaction a été la surprise, mais, très vite après, une grande joie. On a entendu des concerts de klaxons à Buenos Aires et, quelques minutes plus tard, la cathédrale s’est remplie de monde. Elle a vite débordé, Et comme elle donne sur la Place de Mai, celle-ci aussi s’est remplie, d’une foule joyeuse qui agitait des drapeaux jaune et blanc, pour l’église, et bleu ciel et blanc, pour l’Argentine. Il n’y avait pas là que des fidèles. Mais aussi de gens qui étaient tout simplement fiers de que le nouveau pape soit argentin. Il y en a même un qui nous a dit « on n’a pas gagné le Mondial mais nous avons un pape ». Clin d’œil bien sûr, mais ambiance.

Joie et fierté au Venezuela



Devant la cathédrale de Caracas, à peine deux heures après l’annonce de la nomination du pape François, certains sont surpris d’apprendre la nouvelle. « Incroyable !Un pape d’Amérique Latine ? Je suis perplexe parce que je pensais qu’il serait Européen ! L’Argentine et l’Amérique latine doivent être en train de fêter ça pour la nomination de ce pape argentin. Que Dieu bénisse tous les catholiques du monde entier ! ». « C’est super qu’il soit latino-américain, excellent, parce qu’il est l’un d’entre nous, et il n’est pas aussi éloigné de nous, comme nous voyions avant le Pape et l’appareil de l’Eglise », dit un autre admirateur.

« C’est important pour se recentrer sur ce que signifie la pauvreté, il faut plus d’égalité entre tous les peuples, et en ce sens je pense que le Pape peut beaucoup nous apporter, surtout étant latino-américain, nous pourrons construire un monde meilleur », dit un autre. « C’est un grand moment pour l’Amérique latine, parce qu’on n’avait jamais eu cela, c’est vraiment bien ! Et dans ses premières déclarations, il est apparu très humble, très agréable, très sympathique, on espère qu’il remplisse bien son rôle. Qu’il parle de justice, car sans justice il n’y a pas de paix dans le monde », enchaîne un autre Vénézuélien présent dans la cathédrale de Caracas.

« Je suis ravie qu’il soit Argentin, ajoute une femme, parce que c’était au tour de cette région, de l’Amérique latine, d’avoir un pape. On verra si les choses changent un peu au Vatican, qu’il y ait un peu plus d’humanité, voilà ce que j’espère d’un pape, et que la religion catholique se renforce. Chavez a toujours été très chrétien, très attaché au catholicisme, il se référait toujours à Dieu dans les moments les plus durs : il a dit « Dieu sait ce qu’il fait ». Quand il a dit ça, c’était lorsqu’il s’est résigné à sa maladie, il était très attaché à Dieu. Il faudra juste améliorer les relations avec l’Eglise ici… On espère que les choses vont changer avec ce pape argentin, je les félicite, c’est une grande fierté pour les Argentins ».

La proximité

Le second évêque de Caracas, Monseigneur Luis Armando Tineo ne cache pas non plus son admiration : « Nous sommes très heureux que l’Eglise au niveau mondial ait un nouveau pape, et cette joie est double pour nous, car il s’agit du premier pape latino-américain qui va diriger l’Eglise catholique mondiale. Quelqu’un disait que la moitié de l’Eglise prie en espagnol et l’autre moitié est au ciel ! Enfin, pour nous, c’est très important pour la proximité, pour la compréhension. C’est quelqu’un qui est originaire de cette réalité latino-américaine, qui a grandi parmi nous, qui s’est formé comme prêtre et qui a travaillé avec nous, qui a eu l’opportunité de connaître en tant que témoin les chemins et les défis de l’Eglise en Amérique latine, mais qui a aussi une expérience européenne ».

Et la première tournée du pape François fin juillet sera en Amérique latine, au Brésil, pour les JMM, Journées mondiales de la jeunesse.

Rfi.fr

Jeudi 14 Mars 2013 - 09:16



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter