L’Armp fait foirer un marché de gré à gré au ministère des Transports terrestre

Le ministère des Transports terrestre qui voulait une dérogation pour étendre sur l’ensemble du pays le périmètre de concession du Groupe Bureau Veritas a été freiné dans son élan d’extension des Bureaux de contrôle technique des automobiles au niveau des autres régions. Et ce, sans le moindre appel d’offres, une démarche freinée par l’Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP).



L’Armp fait foirer un marché de gré à gré au ministère des Transports terrestre
Le ministère des Transports terrestres, Mansour Elimane Kane voulait confier, sans appel d’offres, le contrôle technique des véhicules automobiles dans les autres régions à Veritas. Mais c’était sans compter avec la détermination de l’ARMP de faire respecter les règles de passation de marchés publics.
En effet, l’Autorité s’y est opposée tout comme la Direction Centrale des Marchés Publics (DCMP) qui a refusé de cautionner ce « cadeau » à milliards. En effet, c’est suite à l’examen de la demande du ministre des Transports terrestres que l’ARMP a évoqué les dispositions de l’article 60 alinéa 3 qui stipule que « l’appel d’offres ouvert constitue le mode de passation des marchés publics auquel les autorités contractantes doivent recourir en principe » fait savoir l’ARMP. 



D’après l’autorité, la démarche du ministère des Transports terrestres aurait une incidence réelle sur la qualification du contrat en bouleversant l’économie du marché et en changeant l’objet initial du marché. 

Khadim FALL

Samedi 12 Septembre 2015 - 10:44



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter