L'armée israélienne attaquerait des médecins

C'est ce qu'affirme une ONG israélienne, selon qui l'armée israélienne attaque "des équipes médicales qui veulent aller secourir des blessés, dont des ambulances et des docteurs en tenue médicale".



L'armée israélienne attaquerait des médecins
Des équipes médicales venant en aide à des blessés dans la bande de Gaza ont été attaquées par l'armée israélienne, affirme mardi 6 janvier l'ONG israélienne Physicians for Human Rights (PHR).
"Des témoignages indiquent que les IDF (l'armée israélienne) attaquent des équipes médicales qui veulent aller secourir des blessés, dont des ambulances et des docteurs en tenue médicale (...)", indique PHR dans un communiqué, précisant avoir recueilli des informations sur dix cas de ce type.

"Bouclier humains"

Interrogée sur le rapport, l'armée israélienne n'a pas réagi directement mais a insisté sur le fait qu'elle faisait "tout ce qui est en son pouvoir pour éviter de blesser des civils" et a accusé le Hamas, le mouvement islamiste qui contrôle la bande de Gaza, d'utiliser des civils comme "boucliers humains".
PHR indique avoir reçu un coup de téléphone de l'hôpital Al-Awda, de Gaza, qui affirme que des médecins n'ont pas été en mesure de sortir pour évacuer des personnes blessées par les frappes israéliennes.
"Nous ne pouvons pas faire sortir les ambulances parce qu'on nous tire dessus".
Dans un autre appel téléphonique, la Croix-Rouge à Gaza a indiqué : "Nous ne pouvons faire sortir les ambulances car, aussitôt parties, on leur tire dessus avec des (hélicoptères d'assaut) Apache".

Protection spéciale

L'ONG dénonce une situation "extrêmement dangereuse", rappelant que les équipements médicaux et le personnel médical sont censés bénéficier d'une neutralité médicale et d'une protection spéciale (...) même en temps de combats".
Elle appelle toutes les parties "à fournir tous les efforts possibles pour éviter d'attaquer le personnel et les équipements médicaux".
Lundi, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) avait indiqué que des personnes blessées dans les combats étaient décédées car les ambulances n'avaient pas pu les secourir à temps.
"Parfois, les ambulances ne peuvent pas du tout arriver jusqu'aux blessés à cause des combats et des bombardements", avait relevé l'organisation dans un communiqué.
"Des blessés meurent tout simplement en attendant une ambulance", déplorait le chef du bureau du CICR à Gaza, Antoine Grand.

Source : Nouvels obs

Nouvels Obs

Mardi 6 Janvier 2009 - 19:16



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter