La Finance Islamique: une opportunité de financement pour le Pse

La Finance Islamique, c’est plus de 2.000 milliards de dollars et 35% de taux de croissance. Une manne financière qui doit être saisie par le gouvernement du Sénégal pour le financement du Plan Sénégal émergent (Pse). C’est d’ailleurs l’un des objectifs du 4 éme Forum International sur la Finance Islamique de l’Afrique de l’Ouest qui va se tenir du 2 au 3 juin prochains au Centre international de Conférence Abdou Diouf de Diamniadio (CICAD).



La Finance Islamique offre beaucoup de possibilités de financements à saisir par l’Etat du Sénégal pour le Pse. En effet la Finance Islamique avec aujourd’hui un taux de croissance à deux chiffres, intéresse particulièrement le Sénégal pour le financement du Pse qui doit être pris en charge par le secteur privé à hauteur de 60%, c’est pourquoi le gouvernement compte mettre en place des stratégies pour capter l’investissement Islamique », a dit Mme Oulimata Diop, Directrice de la Monnaie et du Crédit au Ministère de l’Economie des Finances et du Plan.

Selon le  Directeur de l’Institut Africain de Finance Islamique « le Sénégal doit davantage saisir les fonds d’investissement de la Finance Islamique car c’est prés de 2.000 milliards de dollars. Et sur ce plan, notre pays avait déjà lancé un « Soukouk » qui a permis de donner de la visibilité dans le monde musulman". N’empêche soutient Lamine Mbacké, «le Sénégal a encore des efforts à faire notamment sur le plan de la législation réglementaire, pour mieux attirer la finance islamique».

Financement de partenariat, la finance islamique avec le « Soukouk » est l’un des instruments les plus adaptés pour le financement des infrastructures, c’est pourquoi, le Directeur de l’Institut Africain de Finance Islamique invite « es autorités sénégalaises à mettre en place des politiques incitatives pour mieux attirer les énormes investissements islamiques, car les retours sur investissements sont très importants», souligne Lamine Mbacké.

De l’avis de Me Kane, venu représenter le ministre en charge du suivi du Pse, « notre pays a besoin de  cette finance islamique et sur cet aspect le Sénégal est en train de mettre en place un cadre réglementaire pour intégrer ce financement car le Pse est presque entièrement financé par le secteur privé ». S’y ajoute que la Finance islamique constitue une belle opportunité dans la lutte contre le chômage des jeunes avec les  possibilités de financement des jeunes porteurs de projets.

Toutefois, il existe encore des  contraintes liées notamment à une absence de réglementation juridique. Mais sur ce plan, la directrice de la Monnaie et du Crédit rassure: «Le Sénégal est en train de mettre en place un cadre juridique ».

En effet, l’Institut Africain de Finance Islamic (AIIF), organise le 4éme Forum International sur la Finance Islamique de l’Afrique de l’Ouest qui aura lieu du 2 au 3 juin prochain au CICAD.

 

Khadim FALL

Mardi 3 Mai 2016 - 13:34



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter