La République fédérale allemande fête ses 60 ans

Le 23 mai 1949, l’Allemagne proclamait une nouvelle Constitution «Die Verfassung». Cette Charte fondamentale ou «Grundgesetz» a instauré un État de droit démocratique. Quatre (4) femmes, parmi lesquelles figure Helene Weber, ont participé à l’élaboration de cette Constitution.
La Constitution allemande définit les droits et les devoirs du citoyen. Tous les fonctionnaires, employés de l’État, maires et conseillers jurent sur la Constitution et s’engagent à la respecter, avant d’entrer en fonction. Le premier article de la Constitution se lit comme suit:



L'allemagne a fété les 60 ans de sa Constitution
L'allemagne a fété les 60 ans de sa Constitution
«Die Würde des Menschen ist unantastbar»
«La dignité de l’être humain est invulnérable».


Le 23 mai 2009, l’Allemagne a célébré dans l’allégresse soixante (60) ans de paix, de stabilité politique et d’essor économique. Plus de 10 000 personnes ont envahi la capitale, Berlin, pour fêter les 60 ans de la Constitution et l’élection du nouveau président. Les régions ou «Länder» ont eu l’occasion de présenter leurs spécialités culinaires et leurs costumes traditionnels. Avec un soleil resplendissant, le beau temps a donné à cette fête une allure de kermesse.

Au cours des soixante (60) dernières années, l’Allemagne a consolidé sa réconciliation avec les autres pays, établi des alliances avec le monde occidental et participé à l’édification de l’Union Européenne (U.E). Son influence au sein de l’Europe et dans le monde grandit chaque jour. Elle est considérée comme un exemple de réussite économique et de démocratie. Elle a établi et maintenu avec ses neuf voisins limitrophes et avec la plupart des nations des relations diplomatiques. L’Allemagne finance de nombreux projets sociaux dans les pays en développement avec lesquels elle a conclu des accords de partenariat.

Depuis 60 ans, la prospérité, la paix et la stabilité caractérisent le pays. La paix est plus qu’un slogan, en Allemagne, c’est une conviction qui habite la plupart des habitants. Elle se reflète dans l’éducation et les valeurs inculquées aux enfants. Une véritable culture de la paix s’est instaurée aussi bien au niveau scolaire que dans les relations personnelles ou officielles.

En cette journée historique du 23 mai 2009, la «Bundesversammlung», ou Assemblée parlementaire fédérale, qui se réunit tous les 5 ans, a élu le Président de la République.

Le Professeur Dr.Horst Kohler, ancien Directeur général du Fonds Monétaire International (FMI) et actuel Président de la république, a été réélu pour un mandat de cinq ans. Il y avait quatre autres candidats en lice.

Un modèle de démocratie : l’élection du Président


Les partis proposent un candidat pour la présidence. Le candidat qui remporte l’élection est celui qui remporte la majorité des voix au premier tour de scrutin. Parfois, un deuxième tour de scrutin peut permettre de départager les candidats. Dans le cas d’un troisième et dernier tour est président celui qui remporte le plus de voix. Le président a été élu dès le premier tour.

Les membres de la «Bundesversammlung», ou Assemblée fédérale, se composent des 612 députés élus au «Bundestag», le Parlement Allemand, et de 612 délégués de la société civile proposés par les partis, proportionnellement au nombre de députés qui les représentent au Parlement. Ces délégués sont les porte-parole des 16 régions du pays ou «Länder ». Ils constituent un échantillon représentatif de la société. En général, ce ne sont pas des membres de partis, mais plutôt des sympathisants. Ils peuvent être des artistes, des sportifs, mais aussi de simples citoyens. Au total, 1224 personnes élisent le Président de la République Fédérale Allemande.

Les conditions requises pour être élu

Pour être élu, le futur Président de la République doit être Allemand ou Allemande et être âgé de 40 ans. Son mandat de 5 ans est renouvelable une seule fois.

Les responsabilités du Président

Le rôle du Président de la République Fédérale Allemande est différent de celui des présidents d’autres pays tels que la France ou le Sénégal. La Chartre Fondamentale lui confère de nombreuses responsabilités, mais peu de pouvoir politique. Le Président de la République Fédérale Allemande occupe la première fonction de l’État, mais il n’est pas le chef du gouvernement. Il ne représente pas un parti en particulier. Il est au-dessus des partis. Il a donc une fonction honorifique. Le Président est le garant de la Constitution. Les membres du gouvernement prêtent serment devant lui. Il assure l’investiture du Chancelier. Il remet au Chancelier et aux ministres leurs décrets de nomination, mais il ne les choisit pas. Le choix des ministres relève du Chancelier. Le Président représente l’Allemagne à l’étranger. Il accueille les chefs d’État, lors des visites officielles et reçoit les lettres de créance des diplomates accrédités en Allemagne. Il octroie les distinctions honorifiques telles que la «Croix du mérite» et autres distinctions nationales. Il inaugure les expositions et cérémonies importantes et y prononce des allocutions. Lors de ses voyages officiels, il donne le point de vue de la politique étrangère allemande.

Il agit toujours selon sa conscience et en accord avec la Loi constitutionnelle. Sur proposition du Chancelier ou de la Chancelière, il peut dissoudre l’Assemblée nationale, en cas de motion de censure, et proposer de nouvelles élections. Il appose sa signature au bas des lois qui sont proposées par le Parlement. Il ne peut pas refuser de signer une loi pour des raisons politiques. Il ne peut refuser de signer que si la loi en question n’est pas conforme à la Constitution.
Lors de sa ré-élection, le Président a prononcé une allocution de remerciement dans laquelle il a mis l’accent sur les 3 piliers de la démocratie allemande : travail, formation et intégration.

Dr. Pierrette Herzberger-Fofana, M.A.
Conseillère Municipale. Erlangen. Allemagne Lauréate du Prix Helene Weber 2009.Berlin
Drherzbergerfofana@hotmail.com


Remarques

1. Aïssatou et Marième Seck “Helene Weber, Mère de la Constitution allemande célébrée» www.pressafrik.com rubrique opinion,
2. Aïssatou et Marième Seck «.Dr. Pierrette Herzberger-Fofana, lauréate du Prix Helene Weber 2009 ». www.alpha-2.info, www.grioo.com rubrique culture, www.sudonline.sn rubrique culture
3.Ricky Reiser . „Dr. Pierrette Herzberger-Fofana in Berlin mit dem Helene Weber geehrt“. www.alpha-2. info, www.afrikanet.info

Pierrette Herzberger-Fofana

Samedi 30 Mai 2009 - 17:06



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter