La Suède reconnaît la Palestine comme État, Abbas salue la décision

Oslo doit reconnaître la Palestine en tant qu'État, ce jeudi par décret. La Stockholm devient ainsi le premier pays occidental membre de l'UE à prendre cette initiative, qualifiée de "courageuse et historique" par Mahmoud Abbas.



La Suède reconnaît la Palestine comme État, Abbas salue la décision
La Suède est devenue le premier pays occidental, membre de l'Union européenne (UE) à reconnaître la Palestine comme un État à part entière. La chef de la diplomatie suédoise, Margot Wallström, a en effet annoncé que son gouvernement officialiserait cette reconnaissance jeudi 30 octobre par décret.
"Aujourd'hui le gouvernement prend la décision de reconnaître l'État de Palestine. C'est un pas important qui confirme le droit des Palestiniens à l'auto-détermination", a indiqué la ministre des Affaires étrangères dans une tribune publiée dans le quotidien "Dagens Nyheter".
"Le gouvernement considère que les critères de droit international pour une reconnaissance de l'État de Palestine sont remplis": un territoire, "bien que sans frontières fixes", une population et un gouvernement, a-t-elle ajouté.
"Nous espérons que cela montre la voie à d'autres", a affirmé Mme Wallström. Lors de sa déclaration de politique générale début octobre, le Premier ministre suédois Stefan Löfven avait annoncé cette reconnaissance dans un futur proche, ce qui avait été salué par les autorités palestiniennes mais critiqué par Israël et les États-Unis.
Le président palestinien Mahmoud Abbas a salué cette initiative et appelé les autres pays à faire de même. "Le président Abbas salue la décision de la Suède" qu'il juge "courageuse et historique", a déclaré son porte-parole Nabil Abou Roudeina.
"M. Abbas demande à tous les États dans le monde qui hésitent encore à reconnaître notre droit à un État palestinien indépendant sur les frontières de 1967 et ayant Jérusalem-Est comme capitale à suivre l'exemple de la Suède", selon son porte-parole.
Dans un communiqué, le ministre israélien des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, a évoqué de son côté "une décision malheureuse, qui renforce les éléments extrémistes et la politique de refus des Palestiniens".
Et d'ajouter : "Le gouvernement suédois doit comprendre que les relations au Moyen-Orient sont plus compliquées que le montage des meubles Ikea, et qu'il faut agir en ce domaine avec responsabilité et sensibilité", a-t-il ajouté.

france24

Vendredi 31 Octobre 2014 - 09:14



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter