La Tanzanie nomme un ministre albinos, pour faire évoluer les mentalités sur l’albinisme.

Dr Abdallah Possi, a récemment été nommé ministre, par le nouveau président Tanzanien. Possi est responsable de la coordination politique, des affaires parlementaires, de l’emploi et des personnes ayant un handicap physique.



La Tanzanie nomme un ministre albinos, pour faire évoluer les mentalités sur l’albinisme.

Quand il ne fournit pas une conférence à l’Université de Dodoma (Udom) dans la capitale Tanzanienne, il est souvent en train de passer au crible des piles de livres à la bibliothèque.
Dr Abdallah Possi, un avocat de 36 ans, qui est connu pour son esprit juridique, et son comportement modeste. Ce qui lui a valu la réputation incontestable de défenseur des droits humains, cette nomination est un espoir, pour la lutte contre les meurtres d’albinos en Tanzanie.

«C’est un jeune homme, qui est profondément engagé dans la défense des droits humains», a déclaré Elias Mugisha, un avocat des droits de l’homme basée à Dar es-Salaam.
 Possi devient la première personne atteinte d’albinisme à occuper un poste ministériel puissant. Et le troisième à devenir  membre du parlement Tanzanien.
Plus de 70 albinos, ont été brutalement assassinées en Tanzanie dans la dernière décennie, selon les chiffres des Nations Unies. Le gouvernement tanzanien a accordé la responsabilité de ces crimes rituels, à des personnes qui se disent « sorciers ».

Car souvent ils demandent à leurs clients, d’apporter des organes d’albinos, qu’ils utilisent pour faire des sortilèges magiques. Dans l’espoir de rendre leurs clients riches et chanceux.
Des débuts modestes
Abdallah Possi est né le 25 Août 1979, à Dar es Salaam. Il est l’un des deux enfants atteints d’albinisme dans une famille de trois personnes.

L’albinisme est une maladie congénitale qui affecte environ une personne sur 20 000 dans le monde, selon les autorités médicales. Il est, cependant, plus fréquent en Afrique sub-saharienne.
Possi été intéressé par la loi et les droits humains depuis l’enfance. Il a étudié le droit à l’Université de Dar es Salaam, et un an plus tard, il a eu un bref passage comme instituteur à l’Institut de l’administration judiciaire dans la région orientale de Tanga. puis il est retourné en 2007 finir son master à l’Université de Dar es-Salaam. Pendant ses études à l’université, il a prêté serment en tant que défenseur de la Haute Cour.

Enfin Il rejoint l’Université de Dodoma en 2010, comme professeur adjoint et plus tard, il gravi les échelons pour devenir le doyen de la faculté de droit. En 2014, il complète son doctorat à l’Université de Friedrich Alexander à Nuremberg, en Allemagne, où il se spécialise en droit constitutionnel.
Possi n’a pas connu de stigmatisation avec ses frères, car ils sont grandi dans la même maison, cependant, les ennuis ont commencé, quand il a débuté sa scolarité .

« Plus jeune, certains enfants me narguer, ou bien essayé de me pincer la peau pour voir comment je réagissais, » se souvient-il dans une récente interview avec DW.
 
 
 
 

Khadim FALL

Mardi 31 Mai 2016 - 12:14



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter