La justice française lance un mandat d'arrêt international contre le fils du président équato-guinéen

Le parquet de Paris a donné son feu vert, mercredi 11 avril 2012 au matin, à la délivrance d'un mandat d'arrêt international contre le fils du président de Guinée équatoriale. Teodorin Obiang est poursuivi pour détournement de fonds publics et blanchiment, dans le cadre de l'affaire des biens mal acquis. Un dossier instruit par les juges Roger Le Loire et René Grouman.



La justice française lance un mandat d'arrêt international contre le fils du président équato-guinéen
Teodorin Obiang va bientôt avoir à ses trousses les polices du monde entier. Si l'on ignore où il se trouve, le ministre de l'Agriculture de Guinée équatoriale devra rapidement trouver refuge dans son pays s'il veut échapper à Interpol et aux juges d'instruction français.

En février, les juges Le Loire et Grouman ont déjà perquisitionné son hôtel particulier, avenue Foch à Paris, saisissant de nombreuses voitures de luxe et des œuvres d'art, le tout pour une valeur estimée à plusieurs dizaines de millions d'euros.

Ce mandat d'arrêt marque aujourd'hui un développement important dans cette enquête sensible. Si Teodorin Obiang est la première personne poursuivie, d'autres pourraient également connaître le même sort. Les familles d'Ali Bongo et de Denis Sassou Nguesso sont également visées par cette instruction.
Guinée équatoriale, Gabon, Congo-Brazzaville : trois pays riches en pétrole, qui appartiennent tous à la sphère d'influence française, et qui jugent incompréhensible cette affaire des biens mal acquis.


RFI


Mercredi 11 Avril 2012 - 17:07



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter