La première centrale solaire du Maroc opérationnelle en 2015



La première centrale solaire du Maroc opérationnelle en 2015
La première centrale thermo-solaire du Maroc, au c½ur d'un vaste projet de développement de cette énergie pour un coût de sept milliards d'euros, entrera en fonction en 2015, a indiqué dimanche le principal responsable de ce programme.
Les progrès du chantier du parc de Ouarzazate (sud) devraient permettre à la centrale "Noor 1" de devenir opérationnelle "l'année prochaine" comme le projet le prévoyait, a déclaré à l'AFP le patron de l'Agence nationale de l'énergie solaire (Masen), Mustapha Bakkoury, en marge d'un festival dédié à ce secteur au Maroc et de la présentation du parc à la presse.
Le royaume entend disposer à terme de cinq parcs solaires, le premier étant celui de Ouarzazate, aux portes du Sahara, dont la capacité est estimée à 500 MW, soit l'un des plus importants projets au monde. 
La deuxième phase de la réalisation du parc --les centrales "Noor 2" et "Noor 3"-- doit entrer en construction début 2015, selon M. Bakkoury. Pour cela, un appel d'offres a été lancé, dont le résultat sera communiqué "avant la fin de l'année", a-t-il précisé.
Sept sociétés ont été pré-qualifiées, dont des groupes français et espagnols.
Une troisième phase du projet fera l'objet d'une annonce "dans les prochaines semaines", a encore noté M. Bakkoury. 
A quelques kilomètres du parc solaire géant, dans la ville de Ouarzazate, se tenait le "Morocco Solar Festival", qui veut démontrer, "à travers l'art, la culture et les sciences que l'or est dans le ciel", explique à l'AFP son co-fondateur, Mehdi Alaoui M'daghri.
Le festival s'est ouvert vendredi soir sous un ciel étoilé et sur les rythmes envoûtants d'un space opéra célébrant, en chant, poésie et danse, "l'espace et les étoiles". 
Fours solaires, ateliers de fabrication de lampes fonctionnant à l'énergie solaire et des projets élaborés par des étudiants en énergie renouvelable étaient notamment au programme du festival.
"C'est l'avenir", s'enthousiasme Redouane Elferare, un étudiant qui a mis au point une voiturette fonctionnant à l'énergie solaire. "Le Maroc n'a pas de pétrole (...) Mais il y a du soleil et du vent".
Les ambitieux projets du Maroc visant à produire 2.000 mégawatts de solaire à l'horizon 2020 avancent "de manière satisfaisante", assure M. Bakkoury, pour qui le parc solaire est une "démarche volontariste" du royaume qui espère répondre ainsi "au problème du changement climatique"
Le Maroc, dépourvu d'importantes réserves en hydrocarbures, s'est donné pour ambition de couvrir 42% de ses besoins à l'aide des énergies renouvelable à l'horizon 2020. Outre le solaire, il mise également sur le développement de l'éolien, et le plus grand parc du continent est en cours de construction à Tarfaya (sud-ouest).
Le coût total de ces différents projets s'élève à 13,1 milliards de dollars, soit 60% des investissements en énergie du Maroc jusqu'en 2020.

Slateafrique

Vendredi 24 Octobre 2014 - 14:33



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter