La série noire continue : Après Charles Paul Alphonse Ndour, Fodé Diouf abattu à Abidjan, un crime passionnel

Les Sénégalais de l’extérieur tombent comme des mouches. A peine quatre (4) jours après le drame survenu au Maroc plus précisément à Tanger au quartier Boukhalef où Charles P.A. Ndour a été tué à l’arme blanche par des marocains, Fodé Diouf, 29 ans a été lui abattu par un policier. Une affaire de cœur serait à l’origine du drame.



La série noire continue : Après Charles Paul Alphonse Ndour, Fodé Diouf abattu à Abidjan, un crime passionnel
Originaire de Diourbel, Fodé Diouf vivant à Abidjan a été tué le même vendredi que Charles Paul Alphonse Ndour. Selon les témoignages d’un compatriote, Cheikh Diouf non moins parrain de la victime, le drame s’est produit lors de la célébration d’un anniversaire. L’incident s’est produit entre minuit et une heure du matin dans un « maquis » en plein air du nom de « A la terrasse » au quartier Adjamé. Fodé y été pour sa copine ivoirienne. C’est au moment où il discutait avec sa copine devant la porte, qu’un policier membre des Forces Républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) s’est présenté et l’a giflé. Mal lui en a pris puisque le Sénégalais lui rend sa gifle. La bagarre éclate alors entre les deux hommes. C’est ainsi que l’un des policiers dégaine son arme pour lui tirer une balle en pleine poitrine. Fodé Diouf meurt sur le coup. Les policiers embarquent alors son corps pour l’hôpital militaire d’Asma. Témoin de la scène, une des filles coure chez la mère de Fodé pour l’alerter. Le père se rend sur ces entrefaites à cet hôpital avant de déposer une plainte à la gendarmerie d’Adjamé. L’enquête ouverte, livre « le Populaire » a permis d’entendre les témoins. Et dénoncée, la copine de Fodé a été arrêtée et a confirmé les faits.

 
Pour l’heure, la dépouille mortelle se trouve toujours à l’hôpital militaire où une autopsie est prévue. Ce, au moment où le consul du Sénégal à Abidjan qui a rencontré la famille de feu Fodé Diouf, ce samedi vers midi.  Ils se sont engagés à suivre l’affaire pour que justice soit rendue. L’enquête présentement a permis de mettre la main sur le portable du défunt qui avait disparu le jour du drame. 


Mardi 2 Septembre 2014 - 10:48



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter