La tradition des Lébous : Le Tuur

Le Tuur est un esprit ancestral qui est connu de longue date et localisé



La tradition des Lébous : Le Tuur

Il est attaché à un lignage, à une famille bien déterminée. Exemple : Mame Ndiaré est le Génie du village de yoff, elle a signée un pacte avec les ancêtres, raison pour laquelle elle a le devoir de protéger tous les yoffois ou qu'ils puissent se trouver, d'assurer la prospérité, la paix et la fertilité au village. 
En retour les villageois lui rend hommage à travers le grand Tuuru et lors de ce Tuuru chacun doit contribuer financièrement ou matériellement. Il y a aussi les Tuuru de famille pendant lesquels on sort toujours la part de Mame Ndiaré. 
Le Tuur est souvent localisé sur un site naturel et est appelé "MAME" pour dire grand père ou grand mère ce qui est un signe de respect à l'endroit de ces Tuurs. 
On peut noter trois sortes de Tuuru : 
- Le Tuuru individuel que la personne fait pour son propre "Rab" sur son autel personnel, c'est une cérémonie brève à titre personnel ou thérapeutique. 
- Le Tuuru de transmission qui est le renouvellement par l'héritier de l'être culturel. 
- Le Tuuru de prestige qui montre la position sociale de l'individu. 
Le Ndeup est un processus féminisé mais il peut arriver que l'homme soit victime du "Rab". Alors dans ce cas, on peut transférer la maladie chez la cousine utérine et c'est elle qui dansera en public, n'empêche tout le processus est gardé aussi bien pour la femme que pour l'homme. 
Les trois différents esprits qu'on peut noter sont le tuur, le Rab et leDjinn.
- Le premier comme on l'a expliqué un peu plus haut est un djinn qui a signé un pacte avec les ancêtres et nous avons le devoir de le respecter.
- Le second par contre est un djinn qui ne signe pas de pacte, il te pénètre quand il veut sans autorisation. 
Le rab connaît l'avenir mais ne connaît pas le passé et l'être humain connaît le passé mais pas l'avenir donc ils se complètent. Le rab pénètre la personne soit par la maladie soit par les mauvaises langues. 
- Le dernier est une création de Dieu comme l'être humain, c'est de lui que vienne les rabs et les tuurs. Mais il y a des djinns qui ne sont ni des rabs ni des tuurs.

La pratique du Tuur

Lors du tuuru la prêtresse procède à une série de purification. En effet avant de commencer le travail , elle lave les pilons et les canaris avec l'eau des Xambs(Autels). Chaque pilon représente un rab, chaque canari une personne de la famille et les cornes représentent les animaux qui ont été sacrifiés par la personne. 
Aprés la purification, on passe à la nourriture en offrant du lait caillé aux rabs. Ceci nous permet de commencer la communication avec les rabs. 
Avant d’immoler les animaux que se soient un boeuf, un bouc ou un coq, les personnes qui doivent faire le sacrifice formule tous leurs voeux dans la bouche de l’animal en donnant leur nom et prénom et ceux de leurs parents. 
Mais il peut arriver que certaines ne veulent pas faire de sacrifice dans ce cas, elles feront leurs voeux dans la calebasse contenant le lait caillé. 
Aprés le sacrifice, le sang, les pattes, les os et la tête de l’animal sont offerts aux rabs ainsi que le lait caillé. C’est ce qui représente leur part du gâteau. Ainsi ils sauront que telle personne a effectué un sacrifice en leur honneur et ils le protégeront pendant toute son existence. 
Le Tuuru a les mêmes vertues thérapeutiques et sociales que le Ndeup avec la seule différence que les cérémonies ne sont pas accompagnées de tam-tams.

Source : sipsenegal.org



Dimanche 18 Mars 2012 - 16:54



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter