Le M23 veut se muer en association pour promouvoir une "conscience citoyenne"

« Le M23 va demeurer un espace de réflexion et un cadre d’action à dimension locale, nationale et internationale, qui s’inspire des conclusions des Assises nationales du Sénégal et s’adosse à l’éthique et à un socle de valeurs ». C’est du moins ce qu’on peut lire dans la déclaration liminaire de la conférence de presse tenue hier, vendredi 10 août.



Le M23 veut se muer en association pour promouvoir une "conscience citoyenne"
Le Mouvement veut avoir une personnalité juridique sous la forme d'une association qui « œuvre pour le développement d’une conscience citoyenne profonde, la sauvegarde de la démocratie et de la République ainsi que pour le respect de la Constitution et des institutions, par la veille citoyenne, la proposition et la lutte populaire », a rappelé Mame Adama Guèye. Ce dernier d’annoncer que « le M23 compte en outre collaborer avec les mouvements démocratiques de la sous-région, d’Afrique et du monde, pour promouvoir le modèle démocratique sénégalais tout en apprenant des autres »

En effet, une diversité de missions est assignée au M23, dont celle de « jouer un rôle de contre-pouvoir citoyen face aux pouvoirs exécutif, législatif judiciaire ».

Par ailleurs, le M23 a invité les nouveaux députés à voter une loi d’amnistie en faveur de ses membres détenus lors des manifestations que le mouvement a organisées pour dénoncer la candidature d'Abdoulaye Wade à l'élection présidentielle de février-mars. « Au moment où les dividendes de la nouvelle alternance sont en cours de distribution, des acteurs de la révolution citoyenne, qui a engendré l’alternance le 25 mars, continuent de croupir en prison, alors que d’autres ne disposent plus de casiers judiciaires vides après avoir longtemps séjourné en prison arbitrairement », souligne Me Mame Adama Guèye, avant de renchérir :

« Cette situation intolérable ne saurait perdurer. A la suite des élections législatives et de l’installation de l’Assemblée Nationale, les conditions sont réunies pour régler radicalement et décisivement le sort de nos camarades de lutte, qui sont ou ont été en prison ».

Mame Adama Guèye de rappeler que « Les députés, qui doivent leur élection à la révolution citoyenne pour laquelle nos camarades ont perdu leur liberté, ont le devoir impérieux d’user de leurs prérogatives pour mettre fin à cette situation en ouvrant la législature par le vote d’une loi d’amnistie ».

Le M23 a « décidé d’adresser une lettre ouverte à tous les députés pour les appeler à leurs responsabilités à cet égard »
Dior NIASSE (Sud quotidien)


Samedi 11 Août 2012 - 15:38




1.Posté par Baabili le 12/08/2012 11:13
LES SÉNÉGALAIS VONT REGRETTER D'AVOIR ÉLU CES CRÉTINS.LES SÉNÉGALAIS VONT REGRETTER D'AVOIR ÉLU CES CRÉTINS.LES SÉNÉGALAIS VONT REGRETTER D'AVOIR ÉLU CES CRÉTINS.LES SÉNÉGALAIS VONT REGRETTER D'AVLES SÉNÉGALAIS VONT REGRETTER D'AVOIR ÉLU CES CRÉTINS.OIR ÉLU CES CRÉTINS.LES SÉNÉGALAIS VONT REGRETTER D'AVOIR ÉLU CES CRÉTINS.
DES HOMOSEXUELS,FRANC-MACONCS,DES VALETS DES TOUBABS.....

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter