Le Nigeria meurtri par le double attentat d'Abuja

C'est le pire attentat qu'ait jamais connu Abuja, la capitale du Nigeria : au moins 71 morts et 124 blessés. Deux bombes ont explosé, lundi matin 14 avril, dans une gare routière au sud de la ville à une heure de grande affluence.

Signe de la violence des déflagrations, l'une d'elles a provoqué un trou de plus d'un mètre de profondeur. Pour le président Goodluck Jonathan, aucun doute : c'est la secte islamiste Boko Haram qui est derrière cet attentat. Le chef de l'Etat s'est rapidement rendu sur les lieux de l'attentat pour rassurer la population.



Goodluck Jonathan : « Le gouvernement fait tout ce qui est en son pouvoir pour faire en sorte que notre pays avance. Cet événement est une distraction inutile qui nous ramène en arrière. Mais je vous assure qu’on le surmontera. A ce titre, je demande aux médias d’aider nos populations à être plus responsables et sur leurs gardes. Dans la plupart des pays qui font face à la terreur, les citoyens sont très vigilants dès qu’il y a des mouvements suspects de véhicules ou dans les bars. Ils vont le rapporter aux services de sécurité. Si au moins une grande partie de ces gens sont contenus, et si nous faisons attention aux questions de sécurité, nous pourrons réduire ce genre d’incidents. »  → À (RE)LIRE : Boko Haram, la nébuleuse  Sur les réseaux sociaux, dans la rue, sur les ondes, depuis l’attentat, les condamnations sont nombreuses et les populations indignées. Depuis le début de l’année, les attaques terroristes sont quasi quotidiennes dans le pays, essentiellement dans l'extrême nord-est. Selon Amnesty International, plus de 1 500 personnes ont péri dans ces violences au cours des quatre derniers mois.  Les attaques font parfois la Une des journaux, mais les Nigérians se sentent, dans leur ensemble, peu concernés la plupart du temps. Question de distance, mais aussi d’habitude. Tandis que cette fois-ci, l’attentat a eu lieu aux abords de la capitale fédérale, dans une gare routière, au cœur d’un quartier ou réside la classe moyenne. Ce n’est pas tant l’attaque en soi qui marque les esprits ; ce serait plutôt l’endroit où elle s’est produite.
Goodluck Jonathan : « Le gouvernement fait tout ce qui est en son pouvoir pour faire en sorte que notre pays avance. Cet événement est une distraction inutile qui nous ramène en arrière. Mais je vous assure qu’on le surmontera. A ce titre, je demande aux médias d’aider nos populations à être plus responsables et sur leurs gardes. Dans la plupart des pays qui font face à la terreur, les citoyens sont très vigilants dès qu’il y a des mouvements suspects de véhicules ou dans les bars. Ils vont le rapporter aux services de sécurité. Si au moins une grande partie de ces gens sont contenus, et si nous faisons attention aux questions de sécurité, nous pourrons réduire ce genre d’incidents. » → À (RE)LIRE : Boko Haram, la nébuleuse Sur les réseaux sociaux, dans la rue, sur les ondes, depuis l’attentat, les condamnations sont nombreuses et les populations indignées. Depuis le début de l’année, les attaques terroristes sont quasi quotidiennes dans le pays, essentiellement dans l'extrême nord-est. Selon Amnesty International, plus de 1 500 personnes ont péri dans ces violences au cours des quatre derniers mois. Les attaques font parfois la Une des journaux, mais les Nigérians se sentent, dans leur ensemble, peu concernés la plupart du temps. Question de distance, mais aussi d’habitude. Tandis que cette fois-ci, l’attentat a eu lieu aux abords de la capitale fédérale, dans une gare routière, au cœur d’un quartier ou réside la classe moyenne. Ce n’est pas tant l’attaque en soi qui marque les esprits ; ce serait plutôt l’endroit où elle s’est produite.

La double explosion a eu lieu tôt lundi matin vers 6h45 (heure locale) dans l’enceinte de la gare routière de Nyanya, un quartier très peuplé d’Abuja où résident de nombreux fonctionnaires et des employés de la société civile. Selon des témoins, il y aurait eu deux détonations, dont une bombe qui aurait explosé dans un véhicule au moment où de nombreux travailleurs prenaient le bus pour se rendre dans la capitale fédérale.

L’attentat n’a pour l‘heure pas été revendiqué, mais les soupçons se portent sur la secte islamiste Boko Haram. Le groupe a par le passé déjà pris pour cible la capitale fédérale au moins à trois reprises, dont le siège des Nations unies en août 2011. Pour le président nigérian Goodluck Jonathan, l’identité des assaillants ne fait en tout cas aucun doute : les islamistes sont bel et bien responsables.

A la mi-journée, M. Jonathan s’est rendu sur le site et a tenu à rassurer les populations sous le choc en leur garantissant qu’il viendrait à bout de l'insurrection.
 

Goodluck Jonathan : « Le gouvernement fait tout ce qui est en son pouvoir pour faire en sorte que notre pays avance. Cet événement est une distraction inutile qui nous ramène en arrière. Mais je vous assure qu’on le surmontera. A ce titre, je demande aux médias d’aider nos populations à être plus responsables et sur leurs gardes. Dans la plupart des pays qui font face à la terreur, les citoyens sont très vigilants dès qu’il y a des mouvements suspects de véhicules ou dans les bars. Ils vont le rapporter aux services de sécurité. Si au moins une grande partie de ces gens sont contenus, et si nous faisons attention aux questions de sécurité, nous pourrons réduire ce genre d’incidents. »

→ À (RE)LIRE : Boko Haram, la nébuleuse

Sur les réseaux sociaux, dans la rue, sur les ondes, depuis l’attentat, les condamnations sont nombreuses et les populations indignées. Depuis le début de l’année, les attaques terroristes sont quasi quotidiennes dans le pays, essentiellement dans l'extrême nord-est. Selon Amnesty International, plus de 1 500 personnes ont péri dans ces violences au cours des quatre derniers mois.

Les attaques font parfois la Une des journaux, mais les Nigérians se sentent, dans leur ensemble, peu concernés la plupart du temps. Question de distance, mais aussi d’habitude. Tandis que cette fois-ci, l’attentat a eu lieu aux abords de la capitale fédérale, dans une gare routière, au cœur d’un quartier ou réside la classe moyenne. Ce n’est pas tant l’attaque en soi qui marque les esprits ; ce serait plutôt l’endroit où elle s’est produite.

Source : Rfi.fr
 



Mardi 15 Avril 2014 - 12:03



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter