Le PAD tacle Abidjan et amplifie la concurrence en augmentant sa capacité d'accueil



Le PAD tacle Abidjan et amplifie la concurrence en augmentant sa capacité d'accueil
Dans la perspective de perfectionner son terminal, le port autonome de Dakar (Pad) avait lancé en 2013 un appel d'offre international pour le dragage de son chenal d'accès. Un marché qui a été attribué à Eiffage-Sénégal et au groupe jan de nul spécialiste du dragage marin et détentrice de la plus puissante drague au monde le léonard de Vinci. Après deux mois d'intenses travaux de ses deux entreprises, le chenal d'accès du Port autonome de Dakar est approfondi de 13,5 mètres avec un cercle d'évitage porté à 200 mètres de largeur.
 

Ce dragage permet aujourd'hui au Port Autonome de Dakar qui occupe en Afrique de l'Ouest une position stratégique et capitale d'augmenter les capacités d'accueil du terminal a conteneurs en recevant les plus grands navires du monde. Ses travaux satisfaisants rendront le PAD plus actif et plus sain, plus attractif et plus compétitif dans l'atteinte de ses objectifs et dans la modernisation de ses infrastructures. De réelles opportunités s'offrent et le PAD fait un pas de plus dans sa dynamique de dépasser son concurrent d'Abidjan et de se positionner leader dans la sous-région.

 
La croissance des échanges commerciaux et leur concentration dans quelques ports nécessitent un agrandissement constant de ses ports pour permettre d'accueillir des volumes de marchandises. La recherche d'économies d'échelle aussi se traduit par l'augmentation de la taille moyenne des navires ce qui nécessite en retour l'approfondissement des chenaux d'accès.
 

Ses travaux satisfaisants rendront le PAD plus actif et plus saine, plus attractive et plus compétitive dans l'atteinte de ses objectifs et dans la modernisation de ses infrastructures. L'objectif peut être de réaliser des travaux de génie portuaire(creusement de bassins ou de chenaux) d'entretenir les chenaux fluviaux ou maritimes empruntés par les navires lorsqu'ils ont été comblés par les sédiments, d'effectuer des opérations de remblaiement pour reconstituer des plages ou gagner des terres sur la mer ou d'extraire des granulats marins pour répondre aux besoins du secteur de la construction.

Ibrahima Badiane

Mercredi 30 Avril 2014 - 15:25



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter