Le PDS et ASS-KAW occupent et bloquent le Consulat du Sénégal à Paris



Le PDS et ASS-KAW occupent et bloquent le Consulat du Sénégal à Paris
En ces temps de « l’ignorance patriotique » incarnée par une bande « d’amis politiques » dont la seule ambition est de clouer le bec aux  adversaires politiques. Des hommes et des femmes réunis au sein d’une opposition représentée par le PDS et le mouvement Karimiste, ASS-KAW disent non à la dictature en investissant les locaux des Consulats Sénégalais à l’étranger dont celui de France en ce 30 janvier 2015 à 11h30. La dernière manifestation organisée avec en tête le Président WADE, réunissant des milliers de personnes s’est déroulée sans heurts. Et pourquoi  interdire aujourd’hui ? On reconnait en tête de l’action, les Responsables de l’investissement du Consulat du Sénégal à Paris : Pour le PDS (Parti Démocratique Sénégalais), M. Meissa TOURE, le coordinateur à Paris. Pour ASS-KAW (Actions de Solidarité et de Soutien à M. Karim WADE et ses codétenus) M. Hatab N’DIAYE, le Secrétaire Général.

 
Avec l’élection à la Présidence de la république de Maître Abdoulaye WADE en l’an 2000, le Sénégal connut un développement des supports médiatiques, journaux, radios, télévisions et l’autorisation des manifestations sur une simple déclaration. La transparence électorale devient une réalité avec parfois la perte d’élections par le pouvoir en place. En mars 2012, après la perte du pouvoir par des élections régulières et transparentes, le Président WADE  reconnut sa défaite et remercie son successeur qui n’est personne d’autre que son ancien premier ministre, Macky Sall (huit ans de compagnonnage avec WADE)  qui l’a battu par un rassemblement d’une coalition hétéroclite allant des Trotskistes marxisants en passant par des socialistes, aux libéraux qu’il avait formés. Loin de vouloir continuer son œuvre de construction, le président Macky SALL s’empresse au règlement de compte rancunier qu’il alimente par les balivernes de suppôts médiatiques, politiques, affairistes, de politiciens  masqués en sociétés civiles et des voyous de quartiers, avec l’instauration d’une CREI (Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite) au service de son pouvoir issu de la démocratie. Cette supposée cour ne traque que des opposants sur simple dénonciation d’apparence de richesses et non sur des preuves matérielles.

 
A travers des facettes multiformes et contradictoires, Macky SALL et sa bande de rancuniers opèrent leur dévolu sur leurs opposants politiques à l’intérieur du Sénégal en trouvant des prétextes d’interdiction à toute manifestation par le biais des préfets ou des gouverneurs à sa solde. D’ailleurs, cet amateurisme politique s’est illustré par la manifestation de MAcky à Paris pour soutenir le journal Charlie Hebdo tout en interdisant les manifestations dans son propre pays. Non, la démocratie possède des béquilles indispensables et essentielles pour sa pérennité. Pourquoi devrions-nous, nous contacter des autorisations de manifestation en France alors que nous aurions pu faire ces manifestations au Sénégal ? Tout simplement, bien que jeune, notre président manque sûrement d’une culture générale qui aurait pu l’alerter par l’histoire des peuples, que l’on ne saurait étouffer éternellement, le besoin d’expression et d’actions pacifiques.
 

La France, par son amitié historique aux peuples d’Afrique colonisés devrait agir pour arrêter cette mascarade de démocratie au Sénégal qui  prend des proportions inquiétantes dont tous voient les dérives dans les autres pays Africains qui ne vivent que de haine. La CREI n’est pas l’illustration d’un Etat de droit et de démocratie saine ; sauf bien sûr pour les affairistes manquant de vision. Les Sénégalais ne sont pas plus intelligents que les autres peuples d’Afrique qui connaissent la violence, la déstabilisation et les guerres civiles, comme ces peuples ne sont pas plus bêtes que les Sénégalais qui peuvent connaitre les mêmes calamités par l’idiotie et la naïveté de ses gouvernants.

 
Par cette occupation du Consulat du Sénégal à Paris, nous attirons l’attention des chefs religieux de toute confession, de toutes les confréries et leurs talibés, de la Communauté internationale, des organisations des droits de l’homme et tous les hommes et femmes épris de justice et de liberté d’inviter le gouvernement du Sénégal à veiller à la sécurité et à  la liberté de manifester des citoyens dans cette démocratie républicaine que nous avons héritée des prédécesseurs de M. Macky SALL, le président de la république du Sénégal. Nous tenons donc, responsables M. Macky SALL et son gouvernement de toute atteinte physique ou de contrainte dont peuvent faire l’objet tous les militants des organisations démocratiques du Sénégal qui participent et défendent un Etat de droit et de démocratie qui constitue le seul moyen civilisé de combat et de lutte de chaque grande nation. Vive le Sénégal, vive la démocratie et vive l’Etat de droit sans la restriction du droit de manifester librement et pacifiquement.

 
Mané Moussa, Responsable de la Cellule de Communication ASS-KAW (Action de Solidarité et de Soutien à M. Karim WADE et de ses codétenus).


Vendredi 30 Janvier 2015 - 21:41



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter