Le début de la fin de BBY ? Socialistes et apéristes ne se supportent plus



Le début de la fin de BBY ? Socialistes et apéristes ne se supportent plus
Le torchon brûle à Benno Bokk Yaakaar (BBY). A deux (2) ans de la présidentielle, l’Alliance Pour la République (APR) et le Parti Socialiste (PS) ne se supportent vraiment plus.  «Il est temps vraiment que ces leaders de partis qui composent la coalition BBY, manifestent leur engagement de soutenir le Chef de l’Etat. On ne peut être avec ces gens qui sont en train de nous faire croire qu’ils sont avec le président alors qu’au fond, c’est du bluff…Nous n’allons pas l’accepter, je leur demande de faire comme Moustapha Niasse, lui au moins a montré sa loyauté… », martelait Mbaye Ndiaye. Ce,  pas plus tard que ce week-end à l’occasion de la journée de réflexion entre la jeunesse et les responsables de l’APR de Pikine.
 
Le ministre d’Etat auprès du président de la République s’est prononcé devant Moustapha Cissé LO, Pape Maël Thiam qui embouche la même trompette. Pour l’administrateur de l’APR, les alliés doivent éclairer la lanterne de l’opinion. «Il faut que le débat se pose, ils doivent dire qu’ils ne sont plus d’accord avec le Plan Sénégal Emergent (PSE)… », dégaine l’apériste selon qui, « il ne s’agit pas d’un accompagnement éternel » mais de «matérialiser un engagement que tous ses leaders avaient pris… ». La réponse de tarde pas. Et c’est le député socialiste et maire de Mermoz-Sacré cœur qui monte au créneau. Ce, pour rappeler à Pape Maël Thiam et Cie «qu’ils ne sont aucunement les interlocuteurs du PS ».  Le seul et l’unique, fulmine Barthélémy Diaz, c’est «le président Macky Sall qui a pris l’engagement de travailler avec ses alliés mais pas l’APR qui n’est même pas un parti structuré», égratigne le socialiste qui est loin d’en avoir fini.
 
« L’ambition de toute formation politique est de pouvoir conquérir, dans notre cas reconquérir le pouvoir en soumettant au peuple sénégalais un projet de société », charge l’allié dans le cadre de BBY qui «pense que pour la vitalité de la Démocratie, pour le respect que nous devons aux Sénégalais, nous devons apprendre à tenir un discours responsable ». En ce sens qu’indique le maire sur les ondes de la Rfm : «Nous n’avons jamais tenu l’engagement et le président Macky Sall non plus, n’a jamais demandé de le soutenir au-delà de 2017… ».
 
Ça promet
 


Mardi 31 Mars 2015 - 11:07



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter