Le doute plane sur les conditions du procès Simone Gbagbo

Mercredi 22 octobre devrait débuter à la Cour d’assises d’Abidjan le procès de 83 personnes dont Simone Gbagbo, l’épouse de l’ex-chef de l’Etat ivoirien et Pascal Affi Nguessan, le président du FPI, principal parti d’opposition. Tous sont cités à comparaître pour leur rôle présumé dans la crise post-électorale de 2010-2011. Ils doivent répondre d’atteinte à la sûreté de l’Etat. Mais à 48 heures de l’échéance, beaucoup de questions restent en suspend concernant ce procès.



Un partisan du président déchu Laurent Gbagbo passe devant une affiche annonçant une conférence de presse de l'ex-première dame de Côte d'Ivoire Simone Gbagbo, en décembre 2013. AFP PHOTO / HERVE SEVI
Un partisan du président déchu Laurent Gbagbo passe devant une affiche annonçant une conférence de presse de l'ex-première dame de Côte d'Ivoire Simone Gbagbo, en décembre 2013. AFP PHOTO / HERVE SEVI

L’une des principales interrogations porte sur la date du mercredi 22 octobre  qui, selon les « termes » mêmes des avocats de la défense, est très hypothétique. En effet, il faut avant comparution procéder à l’identification des 83 accusés dont certains sont en prison, ce qui simplifie la procédure. D'autres sont en liberté, ce qui la rend moins simple. Ce long processus a déjà commencé la semaine dernière, affirment les avocats, mais n’a toujours pas abouti. Peut être mercredi 22 ou jeudi 23 octobre pour cinq ou six des accusés, précisent-ils.

L’autre interrogation porte sur le lieu lui-même et les capacités d’accueillir 83 personnes en même temps pour comparution. Les habitués du Palais de justice sont plus que sceptiques et estiment que des comparutions une à une, deux par deux ou en groupe — définies en fonction des chefs d’inculpation - sont plus probables. Un procédé qui lui aussi s'avérer complexe et lent.

Acte de présence

Et puis l'autre question porte sur la présence ou non de Simone Gbagbo, à Abidjan, dès mercredi. La réponse est justement liée à une comparution simultanée ou non des accusés.

Il y a enfin le décès de la mère de Laurent Gbagbo. Sa bru Simone, son petit-fils Michel et même Abdoudramane Sangare, l’un des proches de la famille, chargé d’organiser les obsèques, sont tous cités à comparaitre. Dans quelles conditions ces funérailles se tiendront-elles alors que chacun pourrait être dans le box des accusés ? Cette question reste encore en suspend.


Rfi.fr

Lundi 20 Octobre 2014 - 12:56



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter