Le procureur de Marseille demande une autorisation pour faire juger le Consul du Sénégal

C’est parce qu’il est couvert par l’immunité diplomatique que le Consul du Sénégal à Marseille, Tamsir Faye, a évité la garde à vue et a pu dormir à son domicile, mardi 21 juillet suite à son interpellation par une patrouille de la Brigade Anti-Criminalité (Bac), renseigne La Provence dans sa livraison du jour. « Pour autant, il va être entendu, nous allons faire remonter l’affaire au ministère de la Justice, qui s’occupera de demander l’autorisation au Sénégal de pouvoir le juger », a précisé le procureur de la République de Marseille, Brice Robin, à notre confrère du Sud.



Le procureur de Marseille demande une autorisation pour faire juger le Consul du Sénégal

Si l’on en croit les témoignages que plusieurs riverains de la rue Paradis (8e arrondissement) ont confiés aux policiers, leur voisin Tamsir Faye, Consul du Sénégal à Marseille,  avait pris la fâcheuse habitude de vociférer, totalement ivre, au beau milieu de cette artère bourgeoise. Mais mardi, 21 juillet,  vers 20 h 30, observant le dérapage du consul général du Sénégal à Marseille, une riveraine alerte les forces de l’ordre. Au cours de son appel, la dame précise que l’individu crie à tue-tête et exhibe son sexe. Elle ajoute même qu’il se frotte frénétiquement à… un compteur France Télécom. Ces informations, qui paraissent dans un premier temps surréalistes, se confirment à l’arrivée d’une patrouille de la Brigade Anti-Criminalité (Bac). Là, les fonctionnaires appréhendent le diplomate âgé de 38 ans. Lequel n’hésite pas à revendiquer son statut, à les insulter, et même les menacer de mort. Embarqué direction le commissariat du 8e arrondissement, l’homme sera récupéré quelques heures plus tard par son épouse. Entre-temps, son identité a été confirmée, et au vu de l’immunité diplomatique dont il bénéficie, il a évité la garde à vue et a pu dormir à son domicile.

 « Pour autant, il va être entendu, précisait hier le procureur de la République de Marseille, Brice Robin, nous allons faire remonter l’affaire au ministère de la Justice, qui s’occupera de demander l’autorisation au Sénégal de pouvoir le juger. » Si tel était le cas, et donc si l’immunité du diplomate était levée, le représentant des Sénégalais à Marseille serait prévenu devant le tribunal correctionnel d’ivresse publique manifeste, d’exhibition sexuelle, d’outrages et menaces de mort sur personnes dépositaires de l’autorité publique.

Reste qu’hier, notre information a défrayé la chronique dans les médias de Dakar et dans la foulée, le compte professionnel sur Facebook du diplomate a été fermé…

Diasporas.fr Avec La Provence


Jean Louis DJIBA

Jeudi 23 Juillet 2015 - 17:52



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter