Le propriétaire des livres: Quel ouvrage Abdoulaye Wade a-t-il pu prêter à Senghor ?

« …et donne à leurs mains chaudes qu’elles enlacent la Terre d'une ceinture de mains fraternelles dessous l'arc-en-ciel de Ta Paix.»
Hosties Noires L. S. Senghor



Le propriétaire des livres: Quel ouvrage Abdoulaye Wade a-t-il pu prêter à Senghor ?
Certainement pas cet ouvrage sur le pilote de chasse Guynemer qu’il reçut comme prix d’excellence et encore moins « Un destin pour l’Afrique », livre vide et sans substance au sortir duquel on ne retient que sa prétention d’avoir été le secrétaire général de l’AERDA (Association des Etudiants du Rassemblement Démocratique Africain). Il sera gentiment démenti par un historien sénégalais à qui il avouera, sans le convaincre, qu’il voulait en fait dire, secrétaire général de la section locale de Besançon.

L’appropriation obsessionnelle d’un héritage qui n’est pas le sien est une forme de démence sur laquelle les freudiens devraient nous éclairer.

Il est absurde et incongru de penser un instant, que Senghor ait pu emprunter un livre à Abdoulaye Wade. Ils n’ont surement pas le même type de lecture et il est difficile d’imaginer les circonstances qui auront fait qu’un tel échange puisse se faire.
Pourquoi ?

L’analyse séquentielle de son cursus universitaire même, montre l’inanité de la formation de Wade. Un autodidacte ne s’y prendrait pas autrement. Après le diplôme de fin d’études obtenu à William Ponty en 1947, ce sera les mathématiques élémentaires au lycée Condorcet entre 1951 et 1952 puis de 1952 à 1953 des certificats dans des facultés à Besançon sans autre forme de précision. Le seul et unique diplôme qui lui fait croire qu’il est l’homme le mieux formé de Tanger au Cap, c’est le doctorat en droit et sciences économiques soutenu en 1959 à l’université de Grenoble. Mais comment peut-il ignorer que ce diplôme est le plus galvaudé aujourd’hui dans l’espace universitaire. Le seul métier que Wade a exercé de façon soutenu, c’est celui d’avocat. Heureusement pour lui que le concours d’entrée au barreau n’existait pas à l’époque parce qu’il n’est pas sûr qu’il ait pu en passer le cap.

Senghor est agrégé de grammaire à 29 ans et professeur dans de grands lycées français à une époque où il était inimaginable de voir un nègre enseigner le français aux français. Qui a déjà entendu Senghor se vanter d’avoir des diplômes ? Qui a déjà vu Senghor chercher à écraser ses vis-à-vis par un pédantisme déplacé ? Par contre son œuvre intellectuelle est incontestable. On peut ne pas être d’accord avec ce qu’a écrit Senghor (c’est mon cas) mais nul ne peut lui enlever la dimension créatrice qui a rythmé sa vie. L’œuvre littéraire de Léopold Sedar Senghor ne compte pas moins de vingt ouvrages qui ont tous connu un retentissement de dimension mondiale.

Il ne viendrait à l’esprit de personne de mettre cote-à-cote dans une même bibliothèque « chants d’ombre » ou la série des « Liberté » et « un destin pour l’Afrique ». C’est ce coté incongru qui nous fait penser que, Senghor, emprunter un livre à Abdoulaye Wade, relève du surréalisme.

Venir chez Senghor, dix ans après sa mort, y trouver des livres et s’en emparer, au-delà du manque de décence, est une profanation de sa mémoire et un viol de l’institution qu’il symbolise. Par ailleurs, Il ne me semble pas que les restitutions et le payement des dettes s’opèrent ainsi selon les enseignements de l’Islam. Venir devant les caméras de télévision, dans la maison d’un défunt, en l’absence de ses héritiers et dire : « voilà ces livres étaient à moi. Je les reprends » n’est pas digne d’un homme de 86 ans élevé dans les préceptes de l’islam.

Les défaillances langagières et les écarts de comportement de Abdoulaye Wade depuis un certains temps devraient nous inquiéter au plus haut point. La parole étant l’une des formes les plus expressives de la pensée, il y a lieu d’avoir de sérieux doutes sur les facultés d’un individu qui multiplie les lapsus et le manque de retenu dans le langage.

Mais de toute façon, Abdoulaye Wade a rompu le pacte social avec son parjure. Si la base du contrat social, permettant de faire partager des choses et un environnement à des hommes ayant des aspirations différentes et même parfois contradictoire c’est l’éthique, nous ne pouvons continuer dans ce cas à faire confiance à un chef d’état qui nous dit : « Ma Waaxon, Waaxete »
Lorsque les thérapeutes constatent une déchéance progressive incurable, ils ont l’habitude de donner à cet état un nom technique qui n’a rien d’injurieux. Il s’agit de « démence ».

Le cas Abdoulaye Wade est devenu inquiétant à plus d’un titre et nous pensons que le Sénégal mérite mieux.

Dakar, le 17 novembre 2011
Théodore Monteil
Directeur National Opérationnel
Union Citoyenne Bunt Bi


Théodore Monteil

Jeudi 17 Novembre 2011 - 14:36




1.Posté par djelene le 18/11/2011 22:13
le ridicule a cesse de tuer depuis longtemps dans ce pays. cest pour vous dire l etat de decrepitude et de delabrement physique,,moral, intellectuel dans lequel patauge ceux qui sont a la tete du pays. vous venez d en decri

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter