Législatives grecques: choix majeur pour l'avenir du pays... et pour l'Europe!

Rarement dans une démocratie européenne un vote au suffrage universel direct n'aura été aussi crucial. Les Grecs sont confrontés, ce dimanche 17 juin 2012, à un choix majeur pour l'avenir de leur pays et dont le résultat devrait avoir des répercussions élargies à toute la zone euro. Ces élections législatives sont censées donner à la Grèce une majorité permettant de relancer leur économie. Les bureaux ont ouvert au petit matin et le résultat est particulièrement incertain. Nouvelle démocratie (droite) et Syriza (gauche radicale) semblent au coude à coude.



Législatives grecques: choix majeur pour l'avenir du pays... et pour l'Europe!
L’électorat grec est très volatil. On l’avait déjà vu le 6 mai avec un résultat assez surprenant par rapport à ce que qu’avaient prédit les sondages. Un grand nombre d’électeurs s’étaient décidés au dernier moment et on avait vu apparaître un paysage politique complètement éclaté. En Grèce, les sondages sont interdits durant les deux semaines qui précèdent le scrutin.

Costas Botopoulos
Ancien député européen, membre du Pasok

« Il y a une grande fluidité dans le comportement des électeurs grecs ».
La projection de ce dimanche 17 juin date en réalité du 3 juin 2012. Elle n’est pas vraiment fiable et les pronostics des six instituts de sondage étaient par ailleurs assez divergents : la gauche radicale de Syriza en tête pour les uns, la droite de Nouvelle démocratie en passe de l'emporter, selon d'autres. Bref, les deux formations semblent au coude-à-coude. Une chose est sûre : aucun parti n’obtiendra à nouveau la majorité absolue et la formation qui arrivera en tête devra trouver des alliances pour gouverner.
En clair, ce soir, le message des urnes ne sera sans doute pas suffisant. Tout va se jouer à partir de demain quand les partis politiques vont se mettre à la table des négociations afin de former une coalition gouvernementale. Et comme on l’a vu le 6 mai où les discussions se sont soldées par un échec, la tâche ne sera pas facile.

Ingérences

Ces derniers jours, les grecs ont été la cible d’appels de dirigeants européens (lire encadré ci-dessous). Des appels à respecter les engagements budgétaires. La chancelière allemande, Angela Merkel, l’a dit très ouvertement hier encore. Le président français François Hollande l’avait fait aussi.

Ce genre d’intervention ne plait pas tellement aux Grecs, surtout venant d’Angela Merkel, même s’il serait faux de parler d’anti-germanisme en Grèce. Il est vrai en tout cas qu’Angela Merkel, avec sa position inflexible, personnifie cette politique d’austérité menée depuis plus de deux ans et qui a poussé la population à bout.
Son appel d’hier pourrait donc s’avérer contreproductif d’autant que François Hollande a lui aussi appelé, entre les lignes, à voter contre la gauche radicale de Syriza. Mais le président français a promis également une politique de relance et il a assuré la Grèce de la solidarité française. Un appel qui a plutôt été bien reçu par les médias grecs.

Reste que dans aucun pays les électeurs n’aiment qu’on leur dise ce qu’il faut voter et les Grecs ont déjà suffisamment le sentiment d’être gouvernés par Bruxelles. Les interventions des uns et des autres sont perçues par certains comme des ingérences qui ne font qu’ajouter de l’huile sur le feu.

Les dirigeants européens s'inquiètent de la situation en Grèce
Les élections législatives de ce 17 juin en Grèce suscitent de vives inquiétudes sur l'avenir de l'euro car elles pourraient mettre le feu aux marchés. A coup de petites phrases, les responsables de la zone euro tentent d'éviter l'incendie, sans pour autant s'immiscer ouvertement dans la vie politique du pays.
 
Les dirigeants européens craignent la victoire en Grèce d'un parti anti-européen qui pourrait provoquer la sortie du pays de la zone euro et du même coup entraîner une défiance à l'égard de l'euro. Afin d'éviter ce scénario catastrophe, les responsables européens ont multiplié les annonces à l'intention des Grecs jusqu'à l'ouverture du scrutin.

L'Italien Mario Monti et le Français François Hollande ont réaffirmé leur confiance dans le peuple grec et leur souhait qu'Athènes reste dans la zone euro en respectant ses engagements. Même son de cloche pour le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy, qui se dit tout autant optimiste.

La patronne du FMI, Christine Lagarde, rapelle aux Grecs qu'il serait « plus judicieux de suivre ses conseils s'ils veulent rester dans la zone euro ». De son côté, le président de l'Eurogroupe Jean Claude Juncker n'hésite pas à employer des mots forts en affirmant qu'une sortie de la Grèce de l'euro aurait un « effet dévastateur ».
Du côté de l'Allemagne et de l'Autriche, le ton est plus ferme, ces deux pays excluent une renégociation de l'accord d'aide à la Grèce. Tout comme le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, qui avertit les Grecs : « S'ils lâchent l'euro, ils ne pourront plus espérer d'aide immédiate ».


RFI

 



Dimanche 17 Juin 2012 - 12:15



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter