Les dépenses de l'Etat grimpent, les recettes chutent: Angoisse aux impôts et au trésor public

Il n'y a rien de rassurant sur la baisse des recettes de la Direction Générale des Impôts et Domaines (DGID). En fin mai, les recouvrements ont accusé des baisses drastiques. L'ampleur de la chute est de 1,8%. Ce repli est noté malgré l'activité débordante des agents des Impôts et domaines pour recouvrer les taxes et impôt. Même avec l'arrêté du ministère du Budget imposant un quitus fiscal avant tout règlement d'une commande publique n'a leur permettre d'éviter ces baisses drastiques.



Amadou Ba Directeur Général de la DGID
Amadou Ba Directeur Général de la DGID
Les fonctionnaires des Impôts et du Trésor public sont angoissés et pourraient ne plus dormir sur ces baisses drastiques des recettes continuent. En effet, le solde budgétaire global, dons compris, est estimé en déficit de 130,6 milliards de francs CFA contre un déficit de 69 milliards à la même période, selon un document de la Direction de la Prévision et des Etudes économiques (DPEE) repris par le journal l'As.
 
En cumul à la fin mai 2013, il renseigne que «l’exécution budgétaire a été caractérisée par une baisse des recettes budgétaires conjuguée à une progression prudente des dépenses publiques». L’avis de la DPEE a indiqué que «les ressources mobilisées à fin mai 2013, évaluées globalement à 613,6 milliards, ont enregistré un repli de 1,8% en glissement annuel». Toutefois, il faut mentionner que hors taxes sur les appels entrants, les recettes budgétaires ont progressé de 2,1% sur la même période. Les dépenses totales et prêts nets, pour leur part, se sont accrus de 5,1% pour s’établir à 722,2 milliards.

Jean Louis DJIBA

Mardi 9 Juillet 2013 - 11:52



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter