Les journalistes Mohamed Gueye et Aminatou Diop à la disposition de la DIC

Après deux jours d’audition, la coordonatrice de la rédaction du journal «Le Quotidien», Aminatou Diop et le chef de desk Economie, Mohamed Gueye ont été relâchés sous réserve de rester à la disposition de la Division des Investigations criminelles (DIC). Tout le temps qu’a duré leur interrogatoire par les enquêteurs, journalistes, patrons de presse et syndicalistes ont fait le pied de grue devant les locaux de La DIC à la Carde.



Les journalistes Mohamed Gueye et Aminatou Diop à la disposition de la DIC
Les deux journalistes et responsables de la rédaction du journal «Le Quotidien» qui faisaient face aux limiers de la DIC vendredi et lundi derniers ont été relâchés. Ils ont été priés de rester à la disposition des enquêteurs ce jeudi 31 août, de leur passage à la DIC pour subir un interrogatoire relatif aux vacances « couteuses » du Président de la République Abdoulaye Wade. Durant trois tours d’horloge, les deux journalistes, Mohamed Gueye et Aminatou Diop ont répondu aux interrogations des enquêteurs.

Les policiers ont au cours de l’interrogatoire cherché en à savoir plus sur les sources mais aussi la fiabilité de celles-ci. Selon les deux reporters, depuis samedi 29 août, la rédaction du journal n’a pas reçu de document de la part des personnes qui se sentent concernées en guise de démenti.
«Nous avons porté cette information à la connaissance du public. Si les personnes touchées se sentent vraiment lésées, elles n’ont qu’à prouver le contraire. Sur un document, elles peuvent apporter un démenti» a lâché, Mohamed Gueye, chef du desk économie.

C’est ce qui a poussé les enquêteurs de la DIC a demandé aux deux journalistes de démentir les informations relatives aux sorties nocturnes de certains membres de la délégation du Président de la République.

«Nous leurs avons signifié qu’il n’ya aucun doute en ce qui concerne la fiabilité de nos sources. Ce sont les personnes concernées qui doivent se manifester ou bien leur structure. Mais jusqu’au moment de l’interrogatoire, aucun document ne nous ai parvenu de la part des gens qui se sentent victimes. Donc nous maintenons notre information, notre article », a Aminatou Diop, coordonatrice de la rédaction.

Revenant sur leurs sources, les deux journalistes ont fait savoir que l’information a été recoupée et vérifiée par des personnes se trouvant à l’étranger avant de la diffuser.

Toute le temps qu’a duré l’interrogatoire, journalistes, patrons de presse et syndicalistes ont fait le pied de grue devant les locaux de la DIC. Ils ont été unanimes à dénoncer la recrudescence des convocations des journalistes.

Pape Diattao Badji

Mardi 1 Septembre 2009 - 13:15



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter