PRESSAFRIK.COM ,  L'info dans toute sa diversité



Les populations de Gouloumbou au président Sall: « Aidez-nous, nous ne voulons plus mourir du fait de l’hippopotame »




Elles ont lancé le cri du cœur hier. Ce, pour dire que « les morts, ça suffit. Trop, c’est trop » face au « monstre du fleuve Gambie qui a, à son actif plus d’une vingtaine de morts. Ces populations des villages qui ceinturent le fleuve Gouloumbou ont en effet, battu le macadam hier. Elles ont barré de 09 heures à 11 heures, la route plus connue sous l’appellation de « Pont stratégique de Gouloumbou » reliant l’Est et le Sud du pays via le fleuve. Tout pour montrer leur courroux au président Macky Sall et réclamer la tête du ministre de l’Environnement Mor Ngom.
 
En brassards noirs signes de deuil et arborant des pancartes où on pouvait lire, « 25 morts, ça suffit », « trop, c’est trop », « les populations remercient Iba Der Thiam pour son soutien constant pour la résolution du problème », « Macky Sall, aidez-nous à résoudre ce problème », « Nous ne voulons plus mourir du fait de l’hippopotame », « les populations réclament la tête du ministre Mor Ngom ».


« Cette marche est une protestation légitime des populations face aux séries de tueries de l’hippopotame et ceci, malgré l’interpellation par plusieurs correspondances des autorités compétentes à savoir le Premier ministre, Aminata Touré dont nous la dernière correspondance date du 13 janvier 2014 », alors que « le problème de l’hippopotame est vraiment préoccupant dans cette zone et l’Etat doit vite réagir pour la sécurité des populations qui n’ont que la pêche comme seule activité »., rage Ousmane Traoré, leur porte-parole.

 
Le phénomène rappelle « l’observateur » date de 2003 à Koyna en haute Gambie un citoyen a été affreusement déchiqueté par l’animal qui depuis lors a tué plus d’une vingtaine de pêcheurs.  


Mercredi 21 Mai 2014 - 12:59



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter