Les premiers milliards du groupe consultatif tombent : la BAD tient promesse et passe à la caisse

C’est une confirmation de ses engagements pris lors du fameux rendez-vous du Groupe consultatif de Paris les 24 et 25 février dernier. La Banque Africaine de Développement (BAD) qui s’était engagé à apporter une contribution à hauteur de 400 milliards, passe à la caisse. Il s’agit de pas moins de 630 milliards qui vont impacté sur vingt-quatre (24) projets prioritaires du Plan Sénégal Emergent (PSE), se réjouit le ministre de l’Economie et des Finances, Amadou BA.



Les premiers milliards du groupe consultatif tombent : la BAD tient promesse et passe à la caisse
« La BAD avait annoncé lors du Groupe consultatif de Paris sa contribution à hauteur de 400 milliards dans la mise en œuvre du PSE, c’est maintenant confirmé », annonce le ministre de l’Economie et des Finances qui poursuit. «La coopération marche comme sur des roulettes en terme de volume à travers 24 projets qui ont impacté sur les populations ». En ce concerne la BAD, dans le cadre de la coopération avec le Sénégal, il s’agit selon le journal « libération », d’appuyer les projets du PSE ». Ladite somme autour de 360 milliards, selon le représentant-résident de la BAD, Mamadou Lamine Ndongo, la banque va fournir des appuis multiformes au Sénégal et d’ores et déjà, trois (3) nouveaux projets seront approuvés d’ici juin 2014. Un guichet public autour de treize (13) importantes opérations d’un coût global de 167 milliards est en cours dont 38,5 % pour le secteur rural, suivi d’infrastructures avec 24 % au secteur de l’eau et de l’assainissement, de la gouvernance économique et financière (13%) et 10,8 % au secteur social.


S’agissant des engagements relatifs aux activités du guichet privé, la BAD parle de 107,5 milliards de F CFA qui concerne principalement les infrastructures routières avec l’autoroute Dakar-Diamniadio. Entre autres secteur notamment le domaine maritime avec le terminal à conteneurs du Port Autonome de Dakar (PAD) mais aussi le secteur aéroportuaire avec l’Aéroport International Blaise Diagne (AIBD) sans oublier l’énergie.
Le ministre de l’Economie et des Finances, qui se félicite de la coopération entre la BAD et le Sénégal, ne manque toutefois pas de relever sur les promesses de financement « difficultés en termes d’absorption et d’efficacité ». Pour lui, des « défis restent sur le suivi-évaluation et les contrats de performance ».


Jeudi 13 Mars 2014 - 11:06



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter