Les projets « mort-nés »: Khalifa Sall revient à la charge et accuse les autorités étatiques d'avoir bloqués l'emprunt obligatoire



Le maire de la capitale impute le retard enregistré par dans les travaux entrepris pour l'embellissement de la ville aux autorités étatiques. Très en colère, l'édile de Dakar a fustigé les lenteurs notées dans le traitement du dossier juridique depuis presque une année devant la Cour suprême. Khalifa Sall a fait cette déclaration lors de la cérémonie de clôture des travaux du Forum des obligations municipales africain qui se tenait à Dakar.


Selon Khalifa Sall "En 2014, le Conseil municipal de Dakar avait autorisé à la mairie d’émettre un emprunt obligataire de 20 milliards sur le marché de l’Union économique Ouest Africain (Uemoa). Mais pour des raisons techniques, l’Etat du Sénégal s’est désisté à deux jours du lancement de l’emprunt obligataire. Un changement qui fait tomber à l’eau plusieurs projets de la municipalité", dénonce le maire de Dakar.


Et, de l'avis de ABabacar Aba Mbaye de «Dakar municipal finance», il était prévu avec cet emprunt, de venir à la rescousse de la population dakaroise à travers des projets sociaux. «Des démarches étaient entreprises pour aider les ambulants à acquérir à moindre coût un pôle commercial que nous voulons faire à Petersen», explique M. Mbaye.


Le collaborateur de Khalifa Sall renseigne que cet emprunt devrait servir à achever une grande partie des projets de la municipalité. Babacar Aba Mbaye invite ainsi l’Etat et les collectivités locales à mutualiser leurs moyens pour permettre de booster l’économie du pays, livre «Enquête».



Samedi 30 Avril 2016 - 11:14



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter