Libye: Syrte à deux quartiers de la libération finale

En Libye, 21 soldats loyalistes tués et 120 blessés ce dimanche à Syrte. Les forces du gouvernement d'union nationale ont lancé aujourd'hui la « dernière phase » de l'offensive contre les positions encore contrôlées par le groupe Etat islamique dans son bastion de Syrte. L'EI avait pris le controle de la ville en juin 2015 et en avait fait depuis la base de son expansion en Libye. Depuis le début de l'été, la ville côtière a été en grande partie reprise par les forces du gouvernement d'union. Selon le porte-parole des forces pro-gouvernementales, les forces loyalistes sont entrées dans les deux derniers quartiers tenus par l'Etat islamique.



Quelque 1000 soldats ont été mobilisés pour chasser définitivement les jihadistes qui résistent encore dans deux quartiers de la ville. « L'ultime bataille de Syrte a commencé », a annoncé le porte-parole des forces loyalistes. Un photographe de l'AFP sur place fait état de « violents combats de rue » et indique avoir vu les corps de deux combattants du groupe Etat islamique gisant dans une rue.
 
Selon le porte-parole précité, l'un des chars des forces loyalistes a réussi à détruire une voiture piégée lancée par les jihadistes. D'après lui, ses forces ont pu profiter « d'une nuit de raids de l'armée de l'air » des Etats-Unis. Ces derniers soutiennent les troupes loyalistes à Syrte depuis le 1er août. D'après le photographe de l'AFP sur les lieux, aujourd'hui il n'y a eu aucune frappe aérienne.
 
Depuis plusieurs jours, les troupes loyalistes se préparaient à cette « bataille décisive » contre le groupe Etat islamique. Après avoir repoussé les jihadistes dans leurs derniers retranchements, les forces pro-gouvernementales s'étaient regroupées dans la périphérie de Syrte et à l'entrée de deux quartiers au nord et au centre-ville.
 
L'offensive a commencé il y a déjà trois mois et demi à Syrte, et la progression des militaires a été plus lente que prévue. Et ce malgré l'appui des Etats-Unis. Le mouvement terroriste recule, perd du terrain mais ne s'avoue pas vaincu. Il y a dix jours, par exemple, les autorités annonçaient que la ville serait libérée « quelques heures » plus tard. Une déclaration un peu optimiste. Les militaires libyens ont face à eux des combattants prêts à tout pour conserver les deux derniers quartiers qu'ils contrôlent encore. Ils utilisent des femmes et des enfants dans des opérations suicides.
 
C'est tout ce qui leur reste, selon le commandant de l'opération. Un calme précaire régnait depuis jeudi matin, mais les affrontements avaient repris samedi lorsque les forces loyalistes, armées de mitrailleuses et de lance-roquettes, ont pris pour cible les jihadistes. Ce dimanche, de violents combats de rue ont opposé les deux camps. Au moins 34 militaires ont trouvé la mort.


Source: Rfi.fr


Lundi 29 Août 2016 - 08:10



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter