Libye: incertitudes autour d’un naufrage dramatique de migrants en Méditerranée

En Libye, le gouvernement d’union tente d'assoir son pouvoir pour faire face aux grands défis et notamment la lutte contre les passeurs clandestins. L’Union européenne envisage d’ailleurs de former les garde-côtes dans le pays, car le départ d'embarcations de migrants est reparti à la hausse récemment. Depuis le lundi 18 avril, il y a beaucoup de rumeurs autour d'un nouveau naufrage. Des médias évoquent la mort de plus de 400 migrants. Plusieurs gouvernements ont présenté leurs condoléances et l'Italie a évoqué une « tragédie ».



Libye: incertitudes autour d’un naufrage dramatique de migrants en Méditerranée
Difficile de savoir avec précision ce qui s'est passé ce week-end en Méditerranée. Ce qui est certain à ce stade, c'est que les garde-côtes grecs, dimanche matin, ont signalé à un cargo battant pavillon philippin, le Eastern Confidence, qu'un bateau était en détresse, moteur en panne, dans son secteur de navigation, à 95 milles nautiques au large de Pylos, dans l'ouest de la Grèce.

Le cargo s'est alors dirigé vers l'embarcation, qui s'est révélée être un bateau de pêche en bois en panne de moteur, en provenance de Tobrouk, en Libye. A bord, selon l'Organisation internationale des migrations : 41 migrants érythréens, somaliens, éthiopiens et égyptiens. D'après le journal de bord du cargo, ces réfugiés ont fait connaître leur volonté d'aller en Italie. Après une heure de négociations, tous ont finalement accepté d'être ramenés sains et saufs dans le port de Kalamata, dans le Péloponnèse, où ils se trouvent aujourd'hui.

Un scénario difficile à confirmer
C'est à ce moment-là que le récit se complique. A Kalamata, un journaliste de la BBC a interrogé certains des passagers, qui affirment être les survivants d'un naufrage catastrophique, après que leurs passeurs ont tenté de les transférer, en pleine nuit, à bord d'un navire déjà bondé et qui a finalement chaviré. Ils affirment être les seuls à être parvenus à rejoindre à la nage leur petit bateau, finalement récupéré par les garde-côtes grecs le lendemain.

Mais l'Organisation internationale des migrations, qui interroge actuellement ces survivants, dit ne pas avoir recueilli de tels récits. Si elle confirme bien la récupération de 41 migrants, comme le Haut Commissariat aux réfugiés de l'ONU ou plusieurs associations d'aide aux migrants, elle dit ne pas être en mesure à ce stade de dire si un naufrage majeur a bien eu lieu au large des côtes de la Grèce.

De son côté, le gouvernement en Somalie évoque la mort de 200 à 300 Somaliens dans ce naufrage.

Rfi.fr

Mardi 19 Avril 2016 - 13:45



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter