Locales 2014-Ogo: l’affaire de l’enlèvement du mandataire de BBY atterrit devant le Procureur de Matam

Le tollé autour de la forclusion de liste de la mouvance présidentielle Benno Bokk Yaakaar (BBY) va crescendo. Le procureur près du Tribunal régional, Cheikh Diakhoumpa est actionné. Ce, pour se prononcer dans le cadre de l’histoire d’enlèvement et de séquestration du mandataire de ladite liste, Alassane Niane qui a déposé une plainte contre X. Après sa chaude soirée du 29 avril avril, date limite du dépôt des listes et lors de laquelle, il dit avoir été enlevé par un groupuscule d’individus qui l’ont molesté et amené loin de Ourossogui pour s’emparer des listes de BBY qui n'ont pas finalement été déposées.



Tout est parti il y a 72 heures. Bocar Sow, le sous-préfet de l’arrondissement dit: « Nous n’avons pas reçu la liste de BBY. Ils ne se sont pas présentés ».  Au moment où le mandataire en question par ailleurs inspecteur d’académie de Matam assure qu’il a été kidnappé par des inconnus alors qu'il s’apprêtait à se rendre à la sous-préfecture. « A 21h30 je me suis rendu à Ourossogui pour m’approcher de la sous-préfecture pour déposer nos actes de candidatures. J’avais déjà contacté le député Farba Ngom pour qu’on puisse y aller ensemble parce que c’est lui qui avait la lettre d’accréditation…Mais c’est aux environs de 22 heures que j’ai vu des individus venir encercler ma voiture.


Et c’est de là que tout est parti, ils m’ont tiré du véhicule, m’ont molesté et retirer tous les documents. Avant ça, j’ai appelé en détresse Farba Ngom pour lui dire que je suis en danger avec un groupe d’individus qui veulent me prendre en otage. Mais j’ai vainement attendu. Ils m’ont sorti du véhicule pour m’amener quelque part derrière Ourossogui  jusqu’à 03 heures du matin. Ils me disaient que la répartition était illégale au niveau des conseillers et que j’étais complice parce que l’attribution a été inégale", dénonçait Alassane Niane qui vient de déposer une plainte sur la table du procureur près du Tribunal régional de Matam.

 
« Effectivement, j’ai porté plainte pour laver mon honneur et montrer en fait que les gens ne m’ont pas permis d’aller déposer les documents pour les candidats car j’étais le mandataire de l’APR pour la commune de Ogo, on m’a empêché de le faire, j’ai le devoir de porter plainte… », lance-t-il sur les ondes de la Rfm. 


Vendredi 2 Mai 2014 - 14:19



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter