Locales 2014 : un cabinet note la presse



Locales 2014 : un cabinet note la presse
La campagne de toutes les fractures
 
Inégalité d’accès à la presse sur toute la ligne. Tel pourrait être le titre de l’étude de média monitoring réalisée par le cabinet Afrique communication du 1er juin au 15 juillet 2014  et consacrée à la couverture par la presse écrite des élections municipales et départementales 2014 au Sénégal.
 
L’étude est documentée à partir de la couverture de la campagne électorale par les 10 titres de quotidiens sénégalais les plus significatifs : Enquête, L’As, L’Observateur, La Tribune, Le Populaire, Le Quotidien, Le Soleil, Libération,  Sud quotidien et Walfadjri l’Aurore.
 
Selon, l’étude  une plus grande surface rédactionnelle attribuée aux principaux partis et coalitions de partis politiques comme la coalition Benno Bokk Yaakaar,  l’Alliance pour la République (APR), le Parti Démocratique Sénégalais et Taxawu  Dakar. Benno Bokk Yaakaar recueille 1158 citations, suivi de l’APR 572 citations, le PDS avec 426 citations suivi de Taxawu Dakar avec 425 citations. Cette orientation dans le traitement de la campagne électorale s’est alors faite au détriment des mouvements citoyens qui étaient pourtant nombreux à briguer les suffrages des électeurs.
 
Inégalité d’accès des candidats
 
L’inégalité s’est également manifestée, selon l’étude, par une nette tendance des médias à relayer les activités des principales personnalités politiques nationales engagées dans ces élections. Ainsi, Khalifa Sall, maire sortant de Dakar s’est illustré comme le candidat le plus présent de tous (453 citations), aux côtés de prétendants comme Aminata Touré ,Premier ministre en quête de mandat local, 299 citations, Pape Diop, ancien maire de Dakar et ancien Président du Sénat avec 173 citations et d’Idrissa Seck , maire sortant de Thiès ayant mis en jeu sa carrière politique avec 157 citations. Puis, viennent Mansour Faye, beau-frère du président de la République, avec 119 citations opposé à Cheikh Bamba Dièye, membre du gouvernement avec 116 citations, Abddoulaye Baldé, ancien maire de Ziguinchor avec 110 citations et Aïssata Tall, en brouille avec la direction du Parti socialiste avec 93 citations.
 
Cette orientation de la couverture a entrainé l’éclipse des acteurs locaux, pourtant nombreux à s’être lancés dans la course aux suffrages.

 
En dépit de l’existence de la loi sur la parité, l’étude a montré que la presse a été  loin d’être genre sensible. En effet, note l’étude du cabinet Afrique communication, plus d’hommes (82,17%) sont apparus dans les colonnes des dix journaux que de femmes au cours des quatorze jours de campagne électorale alors que les listes de candidatures, à l’exception de celle spéciale de Touba, avaient toutes respecté le principe de parité.
 

Par ailleurs, il y avait bien des batailles importantes à l’intérieur du pays, notamment à Saint-Louis, Louga, Linguère, Ziguinchor, Podor, etc. Mais c’est à Dakar que les journalistes semblent avoir déployé le plus de moyens de couverture médiatique, souligne l’étude. Le « phénomène » Khalifa Sall, à la fois allié (par son parti, le PS) et adversaire (par son positionnement) du Président de la République, opposé à un Premier ministre, Aminata Touré, confrontée à de fortes inimitiés à l’intérieur du parti présidentiel auquel elle appartient pourtant, a convaincu la presse que les locales se jouaient d’abord et avant tout à Dakar.

 
De fait, poursuit encore l’étude d’Afrique communication, en lieu et place des véritables préoccupations d’ordre social attendues comme thèmes de la campagne électorale, les sujets relayés dans les journaux ont surtout concerné la violence, des sous-thèmes du processus électoral, des projections plus ou moins fiables sur les résultats des élections. Les débats programmatiques locaux prenant en charge la communalisation universelle sous l’acte 3 de la décentralisation, les attentes et espoirs légitimes des populations, le sort des couches vulnérables, les questions d’éducation, de santé, d’emploi, etc. ont été marginalisées dans les discours des candidats, relève l’étude.

 
Si l’inégalité d’accès à la presse a été au cœur de la campagne électorale, l’étude relève néanmoins la neutralité des journalistes. Pour corriger les disparités, Afrique communication recommande le renforcement des capacités des journalistes, et des entreprises de presse sur le plan du respect de la charte d’éthique de la profession et sur le média monitoring. 
Cabinet Afrique communication
 


Jeudi 7 Août 2014 - 11:42



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter