"Macky Sall aurait dû être le dernier à m’emprisonner », Karim



Du fond de sa cellule « VIP » de Rebeuss, Karim Wade est en train de ruminer ses pensées et de cogiter sur les comportements des Sénégalais, surtout ceux de ses compagnons des vaches grasses. Il n’en revient toujours pas d’avoir été embastillé depuis le 17 avril 2013 par son ex-ami Macky Sall qui, pour la circonstance, a dû réactiver la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei). « Macky Sall me doit énormément dans son ascension à la tête l’Etat », a-t-il confié à un patron de presse. Avant de révéler : « Mon père, qui le trouvait amorphe, ne voulait même pas en faire un ministre de l’intérieur, a fortiori un Premier ministre. Chaque fois, j’ai dû en discuter longuement avec lui pour le convaincre de le nommer.


Pour le poste de premier ministre, après plusieurs rencontres, j’ai pu le convaincre autour d’un dîner qui a duré au moins une heure ». Comme pour en témoigner, les images de la passation de témoin entre Idrissa Seck et Macky Sall à la Primature montrent un Karim Wade en bonne place à côté du sortant et de l’entrant. Ce n’est pas d’ailleurs le seul appui décisif que le prisonnier le plus célèbre du Sénégal a rendu à Macky Sall, clame un des contempteurs de l’actuel président de la République. « Idrissa Seck et Djibril Ngom avaient manœuvré pour que Macky Sall ne devienne pas Directeur général adjoint aux Industries Chimiques du Sénégal (ICS) », révèle l'interlocuteur à "l'As". Qui croit savoir que l’actuel chef d’Etat et l’ancien tout puissant ministre d’Etat ont été si proches qu’il se demande « s’ils n’étaient ensemble en affaires, dans la plus discrétion ».

 
 


Lundi 1 Juin 2015 - 08:04



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter