Madagascar: le nouveau gouvernement dévoilé

Dix jours après la nomination de Jean Ravelonarivo au poste de Premier ministre à Madagascar, la liste des membres de la nouvelle équipe gouvernementale a été donnée dimanche au palais présidentiel d’Iavoloha. Trente ministres ont été nommés et un secrétaire d’Etat, autant que dans l’ancien gouvernement. Kolo Roger précédent Premier ministre et également ministre de la Santé est définitivement sorti de l’effectif.



Le nouveau Premier ministre Jean Ravelonarivo (G) et son prédécesseur Kolo Roger. Présidence malgache / Service de presse
Le nouveau Premier ministre Jean Ravelonarivo (G) et son prédécesseur Kolo Roger. Présidence malgache / Service de presse

A peine huit nouveaux entrants dans l’équipe de Jean Ravelonarivo. Quant aux 22 ministres restants du gouvernement précédent, seuls quelques-uns changent de portefeuille.

A noter tout de même l’arrivée de Béatrice Attalah au poste de ministre des Affaires étrangères. Elle était jusqu’à présent à la tête de la commission électorale malgache. Proche et ancienne collaboratrice du président Hery Rajaonarimampianina, elle avait été soupçonnée d’avoir favorisé son élection à la tête de l’Etat. La voir rentrer dans le gouvernement un an après la présidentielle pourrait relancer les critiques sur son impartialité et sur le processus électoral.

Autre nouvelle arrivante, Onitiana Realy, journaliste politique, star d’une télévision privée connue pour son franc-parler. Elle véhiculait l’image d’une journaliste indépendante.

Mais au final, pas de nouveau poids lourd politique dans ce gouvernement et aucun représentant les grandes mouvances. Pas de cohabitation, malgré la réconciliation nationale en cours donc.

Le président Hery Rajaonarimampianina a pris la parole après l’annonce du nouveau gouvernement. Il a rejeté les critiques de l’opposition menée par son prédécesseur Andry Rajoelina  qui vient tout juste de déposer une requête à la Haute cour constitutionnelle pour invalider la nomination du nouveau Premier ministre.

Un an de pouvoir pour Hery Rajaonarimampianina

Un an tout juste après son accession au pouvoir, le président s’est longuement exprimé devant la presse. Après cinq ans de crise politique et une croissance nulle, les attentes étaient grandes de la part de la population, des opérateurs économiques et des partenaires internationaux. L’année 2014 a vu le retour de la croissance (3 % d’après le FMI). Pourtant, après un an au pouvoir, c’est la déception qui domine : le pays manque encore de tout, les problèmes de coupure d’électricité ont empiré, la population s’impatiente de voir des résultats concrets.


Rfi.fr

Lundi 26 Janvier 2015 - 10:33



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter