Mali: Mohamed ag Intalla succède à son père à Kidal

Après le décès il y a une semaine d'Intalla ag Attaher ag Illi, amenokal (chef traditionnel) de l'Adrar des Ifoghas, après consultation, sa famille a décidé de désigner l’un de ses fils, Mohamed ag Intalla ag Attaher, comme successeur. Un choix conforme à la volonté du défunt.



Mohamed Ag Intallah est le nouvel amenokal de Kidal. RFI / Claude Verlon
Mohamed Ag Intallah est le nouvel amenokal de Kidal. RFI / Claude Verlon

C’était la dernière volonté du défunt, elle est respectée : son fils aîné le remplace. Mohamed Ag Intalla a la soixantaine. Inscrit assez tardivement à l’école française, il n’y est resté qu’une seule année. On le reconnaissait par sa grande taille et son turban. Très jeune, même si le nouveau chef traditionnel des Touaregs de la région de Kidal n’était pas bagarreur, il avait déjà un caractère assez trempé.

Plutôt robuste, il a ensuite intégré une école coranique puis est dévenu le bras droit de son père. Ce dernier en fait son missi dominici (« envoyé du maître »). Le voilà tantôt au Niger en mission de paix chez les Touaregs, tantôt dans différentes tribus de Kidal pour parler également de paix.

Fondateur du Haut conseil pour l’unité de l’Azawad et député

Arrive janvier 2012 et la création du groupe islamiste Ansar Dine par Iyad Ag Gali, un Touareg de Kidal. Mohamed refuse d’adhérer à ce mouvement, tout comme il refuse de prendre la carte de membre du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA). Il crée alors le Haut conseil pour l’unité de l’Azawad, qui est aujourd’hui le principal groupe armé de Kidal.

Le nouvel amenokal, c'est-à-dire chef traditionnel de Kidal, a une autre casquette : homme politique. Homme plutôt de consensus, il est député à l’Assemblée nationale du Mali sous l’étiquette du Rassemblement pour le Mali (RPM, parti au pouvoir). C’est probablement un atout pour faire avancer le processus de paix.


Rfi.fr

Samedi 27 Décembre 2014 - 11:50



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter