Mali : une vingtaine d'insurgés tués dans une nouvelle mission de l'armée française

Au Mali, une importante opération militaire française est menée en ce moment et depuis plusieurs jours au nord de Tombouctou contre des positions de groupes liés à al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). La force des Nations unies et l'armée malienne n’y participent pas. Les militaires français, eux, ont engagé une centaine de véhicules et des hélicoptères. L’offensive est toujours en cours, mais elle a déjà porté ses fruits.



Un convoi de l'armée française près du village de Bemba, entre Tombouctou et Gao, dans le nord du Mali, le 31 octobre 2013. AFP PHOTO/PHILIPPE DESMAZES
Un convoi de l'armée française près du village de Bemba, entre Tombouctou et Gao, dans le nord du Mali, le 31 octobre 2013. AFP PHOTO/PHILIPPE DESMAZES

Dix-neuf jihadistes ont déjà été tués au nord-est de Tombouctou au cours de cette nouvelle offensive française. « Un beau bilan », selon un porte-parole de la force française Serval, qui précise que leur identification est en cours. Et qui souligne, comme à chaque fois, le caractère « jusqu’au-boutiste » des combattants ennemis, déterminés à « mourir les armes à la main ». Des véhicules et des armes ont également été saisis, aucune indication sur leur nombre.
 

Selon une source sécuritaire malienne et d’après les témoignages de plusieurs habitants de la zone, une centaine de véhicules blindés, ainsi que plusieurs hélicoptères et un avion sont engagés dans cette opération.
 

Lancée dimanche matin dans une vaste zone au nord de Tombouctou, plus précisément sur l’axe qui mène vers Taoudeni, cette opération a pour but de « traquer et neutraliser », ce sont les termes officiels, les combattants jihadistes réfugiés dans la zone. Il s’agit également de frapper leurs réseaux logistiques afin de les affaiblir.
 

Des soldats maliens sont engagés aux côtés des troupes françaises, ils serviraient notamment de guides. Les casques bleus de la Minusma, eux, ne sont pas impliqués : les offensives antiterroristes ne font pas partie de leur mandat.

Source : Rfi.fr
 


Dépêche

Mercredi 11 Décembre 2013 - 11:24



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter