Mandat présidentiel : Hypothèque sur 2017 – le jeu politicien de Macky Sall

L’élection présidentielle ne se tiendrait pas en 2017. Le président de la République en a fait subrepticement l’aveu. Pour mettre fin à la polémique sur le mandat, Macky Sall n’a pas seulement fait dans le clair-obscur. Il a laissé entrevoir un dessein de se dédire. Il ne parle plus de référendum et n’évoque même pas 2017. Dans ses déclarations, on sent une évolution, une ouverture qui lui permettrait de s’engouffrer dans la brèche de l’Assemblée nationale ou de ses alliés qui majoritairement sont contre son engagement.



Mandat présidentiel : Hypothèque sur 2017 – le jeu politicien de Macky Sall
Macky Sall serait-il en train de faire dans la ruse politique ? Une question qui trouve toute sa quintessence dans sa dernière sortie pour rabattre le caquet à ses lieutenants relativement à la polémique sur son mandat. S’il a mis fin aux débats politiques et politiciens qui ont fait rage dans sa formation politique (Alliance pour la République –APR), pour autant, il ne parle plus de référendum encore moins de manière claire et précise d’un mandat de cinq ans.
 
En recevant l’Association de la Presse étrangère au Sénégal (APES) au palais présidentiel, le chef de l’Etat avait fait une avancée majeure dans son engagement pris devant le peuple et l’international (les perrons de l’Elysée) de remplir un mandat de cinq au lieu de sept ans comme prévu dans la Constitution. Il avait déclaré devant les confrères qu’un référendum serait organisé en mai 2016 afin d’amener la population à se prononcer sur son mandat mais aussi un paquet de mesures proposées par la Commission Nationale de Réforme des Institutions (CNRI) et validées par lui et son camp politique. Des déclarations avaient conforté nombre d’observateurs sur la ferme volonté du président de la République de tenir sa parole, respecter son engagement. Ce qui aussi lui ferait éviter les affres du «Wax waxett (dénégation)» qui a beaucoup contribué à la chute du pape du Sopi (Me Abdoulaye Wade en mars 2012).
 

 

La jurisprudence Wade en 2007

Aujourd’hui, ce débat mené au sein de l’APR a semblé donner des idées au président de la République. Le Programme Sénégal Emergent (PSE) est en pleine mise en œuvre et il faudra encore du temps pour que les véritables projets sortent de terre et soient carrément achevés. Au rythme où évoluent les choses, le président de la République et son entourage sont persuadés que d’ici 2017, il ne pourra inaugurer ses grands projets et convaincre les Sénégalais via son programme pour une réélection.

La jurisprudence Wade serait même mise sur la table. En tant qu’ancien Directeur de campagne lors de la présidentielle de 2007 et ancien Premier ministre d’Abdoulaye Wade, Macky Sall serait en train de se dire un mandat de cinq serait une grosse erreur. L’ancien pouvoir libéral n’avait pu convaincre qu’à partir de 2005. Une année durant laquelle l’essentiel de ses grands projets sortaient de terre.

 A côté du débat sur le mandat, il y a un autre sous-jacent. Il est lié aux deux tours de la présidentielle. Les apéristes ont développé une peur bleue du deuxième tour et tous les moyens sont bons pour éviter cette option. Si d’aucuns en parlent déjà en haute et intelligible voix, d’autres en parlent dans les salons et pensent qu’il faut d’abord sécuriser ce premier mandat en respectant les sept ans fixés par la Constitution.

La brèche de l'Assemblée nationale ou des juristes alliés

Le temps est le meilleur des juges. Macky Sall est en train d'user cette maxime pour faire tourner la situation en sa faveur. Il avait pris l'engagement dès son élection en mars au Sénégal et en France. A cet effet, il avait la possibilité de prendre les mesures nécessaires pour sa mise en oeuvre depuis.

Ce revirement sur la faisabilité de la réduction de son mandat ouvre la porte à une révision de la Constitution par voie parlementaire. En tant que coalition majoritaire, il ne trouverait pas de mal à obtenir une opposition ce qui lui permettrait de faire un mandat de sept ans.


Lundi 13 Avril 2015 - 14:03



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter