Me Ciré Clédor Ly : «La condamnation de Karim Wade est un crime de séquestration qui engage le Chef de l’Etat»

Alors que sa condamnation par la Cours de répression de l’enrichissement illicite (Crei) a été confirmée par la Cour suprême, Karim Wade continue d’alimenter les débats. Et ce, même au plan international, avec le déplacement des avocats de l’Etat à Genève pour y rencontrer le Groupe de travail de l’Onu. Ce qui fait dire à Me Ciré Clédor Ly que l’Etat cherche le moyen de se sortir d’affaire sans perdre la face.



Me Ciré Clédor Ly : «La condamnation de Karim Wade est un crime de séquestration qui engage le Chef de l’Etat»
Me Ciré Clédor Ly est d’avis que l’Etat cherche le moins d’appliquer les directives du Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire qui avait demandé à l’Etat de libérer Karim Wade et de le dédommager. «L’Etat sait que l’avis est contraignant et trouvera le moyen de l’exécuter en sauvant la face alors que la Cour Suprême était la porte de sortie la plus honorable», a-t-il déclaré sur les colonnes de l’As.

Selon lui, cette situation pouvait être évitée si l’Etat avait profité de la Cour Suprême pour libérer le fils de l’ancien président de la République, Abdoulaye Wade, mais avec la confirmation de sa peine par l’instance judiciaire supérieure du Sénégal, la situation devient plus délicate pour les autorités sénégalaises : «L’Etat a un problème, car il cherche une révision de l’avis du Groupe de travail, c’est dire que la décision de la Cour suprême aggrave la détention arbitraire qui, juridiquement, devient un crime de séquestration qui engage la responsabilité pénale de tous ceux qui pouvaient y mettre fin, y compris le Chef de l’Etat et les magistrats», a-t-il soutenu.

Cette situation est difficilement gérable par l’Etat. Ce qui fait dire à l’avocat que «L’affaire Karim Wade est une patate incandescente et indigeste pour l’Etat».

Ousmane Demba Kane

Mardi 1 Septembre 2015 - 10:33



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter