Me El Hadji Diouf sur l’interdiction de port du turban contre Habré : « Trop, c’est trop »




Il remet ça. Me El Hadji Diouf pas du tout content de la dernière évolution du dossier de son client Hisséne Habré, ancien président du Tchad dans les liens de la détention au Sénégal pour crime de guerre et crime contre l’humanité, après que les Chambres Africaines Extraordianires (CAE) ont eu gain de cause sur le turban porté par son client. « C’est l’acharnement qui continue. C’est sa façon de s’habiller comme les gens du Sahel, les populations du désert en général qui mettent le turban et même les chefs religieux. Mais dans toujours le souci constant d’humilier Monsieur Hisséne Habré le parquet général notamment Monsieur Mbacké Fall s’est permis de réclamer aux CAE notamment aux juges d’instruction le retrait du turban que met Habré ».
 

« Trop c’est trop », tempête par ailleurs l’avocat qui martèle, « même les juges ont répondu par la négative en disant que Habré était libre de s’habiller comme il le souhaite. Monsieur Mbacké Fall a fait un appel bidon qui n’a aucun sens parce qu’il n’existe pas d’ordonnance contre laquelle cet appel aurait pu être fait. L’appel est sans objet parce que c’est une mesure purement administrative. Il appartient au juge d’apprécier les habits portés par un inculpé si c’est correct ou pas et les juges disent que c’est correct. Donc, ce n’est point une décision juridictionnelle pour qu’on puisse interjeter appel. Me El Hadji Diouf n’en démord pas : « Il y a la volonté ferme de faire plaisir à Idriss Déby qui finance le procès et qui paie commande…manipule ». 


Lundi 5 Mai 2014 - 13:11



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter