Menaces de représailles contre les médias: «Les journalistes ne comptent pas être les agneaux du sacrifice»



Depuis quelques temps des informations feraient état de menaces de représailles contre des journalistes qui sont accusés de traitement partial. Condamnant ces menaces, la secrétaire générale, du Syndicat des professionnels de l’information et de la communication sociale (SYNPICS), Diatou Cissé Badiane a indiqué qu’elles (menaces) «sont à prendre au sérieux au vue du contexte que nous vivons». Un contexte, dit-elle, d’ébullition au plan social. «Nous continuerons à relayer toutes les idées qui s’expriment dans l’espace public sans état dame. Si ces idées ou positionnements ne recoupaient pas par malheur les intérêts du pouvoir, ils n’ont qu’à s’en prendre à eux même» a-t-elle fait savoir sur les ondes de la Rfm. Selon elle, la presse n’est pas là pour servir le pouvoir de Abdoulaye Wade ou tous les pouvoirs constitués. «Nous ne comptons pas être les agneaux du sacrifice. Le pouvoir n’a qu’à interroger ses démarches et ses pratiques si le Sénégal en est là aujourd’hui, les journalistes n’ont fait que relayer des faits» souligne-t-elle.

Lors de la réunion de leur Bureau Exécutif National, ces syndicalistes de la communication ont analysé le contexte relativement à la position des journalistes et Diatou Cissé de faire remarquer: «nous avons effectivement vu qu’il y a des hommes politiques qui manifestent une arrogance de plus en plus marquée vis-à-vis des journalistes. Une arrogance que rien ne justifie parce que ces hommes politiques sans la presse seraient réduits à leur plus simple anonymat».


Lundi 27 Juin 2011 - 16:24




1.Posté par HAND le 28/06/2011 18:44
comment peux tu toi diatou cissé coulibaly accepter sur le plateau de tfm le 23 juin 2011on invite: latif coulibaly, babacar justin ndiaye, moustAfa niasse sans un membre de la mouvance présidentielle? C'est partial cela ???

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter