Mozambique: des électeurs entre espoir et résignation

Le Mozambique vote ce mercredi 15 octobre. Une élection présidentielle et des législatives qui marquent un tournant. Le parti au pouvoir depuis l’indépendance, en 1975, devrait être réélu, mais son hégémonie politique pourrait être mise à mal. Le pays connaît une croissance annuelle de près de 8 % depuis plus d’une décennie, mais malgré cela 60 % des Mozambicains vivent avec moins d’un euros par jour. Et la contestation gronde. Reportage.



Affiches des candidats aux élections mozambicaines à Maputo, la capitale. RFI / Alexandra Brangeon
Affiches des candidats aux élections mozambicaines à Maputo, la capitale. RFI / Alexandra Brangeon

« Non, je ne vais pas voter » dit Olga, une jeune femme qui vend du pain sur le bord de la route. Elle est en colère. « Parce que ça ne sert à rien ! Ils profitent de nos votes. Moi et mes enfants, nous sommes toujours pauvres. Vous voyez, je vends du pain, je ne vais pas voter, je vais rester chez moi, je ne vois pas le développement dont ils parlent. Je n’ai pas d’argent pour envoyer mes enfants à l’école. Ceux qui votent, ce sont ceux qui vont à l’université. »

A l’université justement, les étudiants sont divisés. Oui, il faut du changement, les richesses du pays ne sont pas bien distribuées et il est difficile de trouver du travail, « mais le changement fait peur », explique Abel, étudiant en deuxième année de français. « Les gens ici au sud ont peur de la Renamo parce qu’il y a eu une guerre civile de 16 ans. La Renamo a tué beaucoup de gens. Moi, par exemple, je n’ai pas connu mon grand-père, alors la Renamo n’est pas la bienvenue ici au sud du pays. »

Un peu plus loin sur le marché, Christiania vend du poisson depuis 30 ans. Elle n’a pas beaucoup d’argent, dit-elle, et ses enfants ont du mal à trouver du travail mais elle votera tout de même pour le parti au pouvoir : « Avant, je n’avais pas d’eau courante, mais maintenant j’en ai. J’ai de l’électricité, j’ai du pain et mes enfants sont allés à l’école, et je peux aller à l’hôpital, et tout ça grâce au Frelimo. »

A Maputo, les attentes sont énormes, mais les Mozambicains iront-ils voter ? Aux dernières élections présidentielles, il y avait eu 40 % d’abstention. Les bureaux de vote ont ouvert à 5h TU.


Rfi.fr

Mercredi 15 Octobre 2014 - 10:37



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter