Nantes y est presque, Lens gagne enfin

Vainqueur de l'ETG (2-1), Nantes s'est rapproché de la barre symbolique des 42 points, synonyme de maintien. En dominant un TFC au plus mal (1-0), Lens a renoué avec le succès et peut toujours y croire.



Nantes y est presque, Lens gagne enfin

La bonne affaire : Nantes y est presque

Le maintien en point de mire. Battu par Reims (1-3), le week-end dernier, Nantes s’est rapproché de la barre symbolique des 42 points à la faveur de son succès face à Evian (2-1), samedi soir. Handicapés par les absences d’Alhadhur, Djilobodji, Deaux et Veretout, suspendus, mais aussi celle de Veigneau, blessé, les Canaris ont su profiter des erreurs défensives de l’ETG. L’ouverture du score de Nkoudou est intervenue après une perte de balle de Nounkeu (45e). Le second but est arrivé après un dégagement de Hansen, sur lequel Mensah s’est montré étonnamment passif. À la conclusion? Gakpé, auteur de sa deuxième réalisation de la saison (47e). Malgré la réduction du score de Nsikulu (75e), Nantes n’a pas laissé échapper sa deuxième victoire, seulement, depuis le début de l’année 2015. Les Canaris n’avaient plus inscrit deux buts dans la même rencontre depuis leur succès à Lorient (2-1), lors de la 19e journée.

Le joueur : Lucas Barrios porte Montpellier

La claque que lui a infligée Lyon le week-end dernier est oubliée. Montpellier a profité de la réception de Reims (3-1) pour se replacer provisoirement au 6e rang de la L1. Une performance qui porte le sceau de Lucas Barrios. Auteur d’un doublé (4e, 73e), l’attaquant paraguayen a porté à 10 son total de buts depuis le début de la saison. Avec 6 réalisations, l'ancien de Dortmund est même, avec le Lyonnais Alexandre Lacazette, le joueur le plus efficace de L1 en 2015. Malgré la réduction du score d’Oniangué en fin de match (87e), Reims voit sa série de quatre matches sans défaite s’arrêter brutalement. Le club champenois, 13e, a même encaissé un troisième but signé Sanson dans le temps additionnel (90e+2).

Le coaching gagnant : l'entrée de Chavarria pour Lens

S’ils avaient été tenus en échec par Toulouse, les Lensois auraient vu la L2 se rapprocher à grand pas, puisqu’aucune équipe comptant 23 unités après 29 journées n’est parvenue à se maintenir - un cas de figure qui s’est vérifié à 12 reprises -. Mais les Sang et Or, après avoir été dangereux par Gbamin (30e) et Touzghar (56e, sur un dégagement raté de Spajic), ont su faire la différence en fin de match par l’intermédiaire de Chavarria (1-0). Entré en jeu un peu plus de dix minutes auparavant, celui-ci, sur une longue ouverture de Cyprien, a repris le ballon du bout du pied droit au point de penalty et battu Boucher sur sa droite. Du coup, avec cette victoire, les Nordistes reviennent à 4 unités de leur hôte du jour qui s’enfoncent, pour leur part, encore davantage dans la zone de relégation.

Le carton rouge mérité : le pied haut du Caennais Da Silva

Alors que sa belle série a pris fin la semaine dernière contre Bordeaux (1-2), Caen s’est de nouveau incliné, cette fois à Lorient (1-2). Une défaite dans laquelle Damien Da Silva a sa part de responsabilité. Le défenseur du Stade Malherbe a laissé ses partenaires à dix dès la 17e minute de jeu, pour un pied haut très dangereux qui s’est terminé sur la cuisse de l’attaquant Benjamin Jeannot. Malgré leur infériorité numérique, les Normands ont ouvert le score par Bazile (42e), dont la frappe a trompé Lecomte (42e). Mais les Morbihannais ont égalisé dans la foulée par Guerreiro (43e), qui avait déjà touché le poteau (11e). C’est Jordan Ayew qui a offert à l’heure de jeu la victoire aux siens, d’un tir sur lequel Vercoutre n’a pas été exempt de tout reproche (60e). Avec ce succès, Lorient revient à hauteur de son adversaire du soir et se donne une bouffée d’air sur la zone rouge.


Francefootball

Dimanche 15 Mars 2015 - 12:37



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter